connexion divine

 

Difficile de parler de sexualité.

Chaque article me vaut des messages grivois et même franchement… disons « primitifs », d’invitations scabreusement érotiques, voire érotico spirituelles ou carrément des injures de la gente bien pensante, veillant en silence sur la bonne moralité populaire.

Cette littérature de bas étage est le plus souvent d’origine masculine, je dois bien l’admettre ! Ce qui confirmerait la maxime « qu’un homme penserait au sexe toutes les 7 secondes ».

Eh béh, le pauvre ! Où peut-il bien caser le reste ?

« Pas besoin d’être une sorcière

Pour avoir un manche à balais

J’en ai un qui me dit « Poussière,

Tu iras où je veux aller », chantait Claude Nougaro, avouant ainsi que, pour lui, « la petite tête (Mars) menait la grande (Soleil)».

D’ailleurs, il parait que le mot « sexe » est le plus courant dans les recherches Internet.

Nous parlons là d’une catégorie d’hommes. Evidemment, c’est loin d’être la majorité. Et n’oublions pas les femmes !

Alors, pour commencer, ne mélangeons pas tout : sexe et sexualité ne sont pas la même chose.

Et il y a sexualité et Sexualité.

Mais d’abord, qu’est-ce que la sexualité ?

D’après un dictionnaire classique :

« Sexualité : nom féminin.

Biologie : caractère de ce qui est sexué, ensemble des caractères propres à chaque sexe. Exemple : la sexualité des plantes.

Ensemble des comportements relatifs à la satisfaction de l’instinct sexuel. Sexualité infantile, adulte.

Synonymes : libido, sexe. »

Rien de bien excitant !

Mais je retiendrai plus particulièrement « sexualité infantile, adulte ».

Quelle est la différence ?

Justement, à mon avis, tout est là !

Car en astrologie relationnelle, ce n’est la même chose.

Alors, après le dictionnaire classique, voici le petit dictionnaire astrologique de la sexualité ou « comment les planètes mènent le sexe ».

Une histoire astrale.

La sexualité « infantile » donc, immature, instinctive et inférieure, celle « des 7 secondes » relève de Mars et de Lilith, la Lune Noire.

La sexualité « adulte », donc responsable, supérieure, détachée du plan reproductif pour s’orienter vers le plan divin, relève de Saturne bien intégré (qui ne fait plus souffrir), Neptune et Pluton. Mais un Pluton compris, bien intégré lui aussi et surtout transcendé. Celui qui nous transforme en profondeur et transmute en Anges nos démons intérieurs.

Il irait même jusqu’à nous mener à notre part sexuelle divine (Uranus), celle qui nous relie enfin au Grand Tout (Neptune).

A l’heure où tant de drames sexuels se révèlent (Mars / Lune Noire), appellent justice (Jupiter / Saturne) ou crient vengeance (Mars), il est peut-être judicieux d’analyser la sexualité, telle que les astres (Mars / Uranus / Pluton / Lune Noire) la définissent.

Ainsi, dans un thème astral féminin ou masculin, c’est difficile d’équilibrer la sexualité quand Mars est trop puissant ou mal aspecté. Soit, on s’efforce de l’ignorer (Saturne trop rigide), soit, elle nous domine complètement (Mars / Pluton / Lune Noire).

Esclave de ses montées d’hormones, Mars est-il toujours en quête de sexe (Mars / Lune Noire), poussé par ses instincts les plus primaires (Lune / Mars), sans voir plus loin que ses envies ?

Ce qu’on appelle pudiquement « obsession sexuelle » (Lune-Noire / Mars / Saturne) ?

Au point d’en devenir fou (Jupiter, Pluton) et d’aller jusqu’à tuer pour ça (Pluton / Lune Noire / Uranus / Mars) ? Agresser, s’emparer des autres et les traiter comme des jouets ?

La femme échappe-t-elle à ce processus ? Que nenni ! Charmeuse mais chaste (Vénus) ou nymphomane (Lune-Noire / Pluton), est-elle capable elle aussi de se transformer en prédatrice, obnubilée par son seul désir (Mars / Saturne), même si ses méthodes d’appropriation sont différentes ?

Car, si les victimes féminines d’agressions sexuelles sont, hélas, si nombreuses, n’oublions pas que les hommes, eux aussi, subissent ce fléau, même si on en parle moins.

Mythe ou réalité ces débordements sexuels (Mars / Jupiter / Lune Noire) ?

Comment pourrait-on les contrer (Saturne / Pluton) ?

Où en est la sexualité, aujourd’hui ?

Que nous dit le thème astral à ce sujet ?

La sexualité instinctive est régie par Mars, le dieu de la Guerre, comme par hasard. Qui dit guerre dit conquête avec toutes ses horreurs dont la mise en esclavage. Et, évidemment, la violence sexuelle, une arme de destruction massive.

Mais Mars est, d’abord, la planète du dynamisme, de l’entreprise, de l’action. Bien équilibrée, elle anime un thème un peu trop lymphatique et permet d’atteindre les buts fixés.

Mars apporte l’élan, la force physique et le désir. Mais il devient une brute cruelle s’il n’atteint pas immédiatement son but, en tout cas, pas aussi vite qu’il le veut. Car Mars est impulsif, imprudent, très inconscient. Il n’obéit qu’à sa « petite tête », sans égard pour ce qui le freine.

Telle est la sexualité martienne : recherche uniquement charnelle de conquête, sans perte de temps en séduction. Mars s’empare le plus vite possible, profite illico, impitoyablement et égoïstement. Puis il jette et passe à la suite.

N’est-ce pas l’image de la sexualité véhiculée par la médiocrité de certains média ? La sexualité n’est-elle pas devenue un mode de consommation (Mercure) comme un autre ? Un but ? Une occupation superficielle, parfois même, un art de vivre plus ou moins vulgaire qu’on préconise ?

La grande absente dans tout ça, c’est Vénus : le sentiment.

Où sont passées les notions de respect, d’attente, de fidélité, de durée ? D’amour, tout simplement ? Et, dans ce type de rapports, le plaisir, le bonheur ou la satisfaction de l’autre ont-ils une importance ?

Quant à la communion (Neptune), c’est quoi, ça ?

C’est l’exemple des mariages arrangés : on livre deux personnes inconnues l’une à l’autre pour faire des enfants.

Ou pire, les mariages forcés : on livre contre son gré une personne à une autre, comme un jouet qu’on a le droit de briser impunément.

Ce sont les mauvais aspects de Mars, ceux qu’on appelle aujourd’hui plus pudiquement « aspects dynamiques » : instinct sexuel de dominer autrui (Mars / Soleil), de l’attirer (Mars / Lune), de s’en emparer (Mars / Jupiter), de le posséder (Mars / Saturne), d’en profiter (Mars / Vénus), de le torturer (Mars / Pluton) puis de le détruire (Mars / Lune Noire).

Seule, Uranus donnera ou non la force de résister à de tels pièges.

Quant à la pauvre petite Vénus et son message d’amour, c’est la colombe face au dollar.

Comment peut-on en arriver à une telle inconscience (Mars, toujours Mars et Lune) ?

C’est que tout est déversé sur nous de façon si ordinaire et sans limites (Mercure / Jupiter) que la paresse intellectuelle (Mercure / Neptune) et la banalité (Saturne) remplacent l’indignation (Uranus). Nous nous laissons tellement programmer (Mercure) que nous en devenons fatalistes (Saturne), influençables et inconsistants (Neptune).

Si les archontes (Pluton / Lune Noire) existent, aujourd’hui, ils s’appellent publicité (Mercure) et mensonges (Mercure / Neptune), ces entités négatives qui nous poussent à la violence (Mars), à l’intolérance (Saturne) et à croire que, seul, posséder toujours plus (Jupiter) peut nous rendre heureux.

Nous tombons si facilement sous leur charme !

C’est le principe de la sexualité primaire (Mars) où tout semble si facile, à portée de main et surtout, permis (Jupiter).

Comment arriver à la conscience (Mercure / Uranus), surtout quand ces aspects sont tellement courants qu’on finit par les qualifier de culturels (Uranus / Neptune) ?

Reprenons au début

D’abord, la plupart d’entre nous avons ce qu’on appelle une sexualité équilibrée : Mars et Vénus sont en aspects conciliants, le désir sexuel nait de l’amour mental.

Nous sommes alors dans ce fameux principe biblique : « le positif doit dominer le négatif », sous entendu : le mental (énergie positive de création) doit dominer le physique (énergie négative de réalisation).

Dans ce cas, ce n’est pas Mars qui doit dominer Vénus mais Uranus (plan mental supérieur) qui doit dominer Lune (plan instinctif émotionnel) aiguillonnée par Mars (plan instinctif reproductif).

Principe malencontreusement (ou volontairement ?) traduit dans la Bible catholique par : « la femme doit se soumettre à l’homme ». Avec toutes les épouvantables conséquences qu’on connait.

Difficile de faire changer les mentalités après de tels enseignements !

Car non, il n’est écrit nulle part dans la Bible hébraïque que « la femme doit se soumettre à l’homme ». Pas plus que le contraire, d’ailleurs. La femme (Lune) et l’homme (Soleil) sont deux énergies non pas « supérieure l’une à l’autre » mais ne pouvant exister l’une sans l’autre car « différentes et complémentaires ».

Différentes mais complémentaires : c’est ce qu’indique un bon aspect entre Mars et Vénus dans un thème astral.

Mais aussi un bon aspect entre Lune et Soleil qui permet de bien assimiler en soi l’énergie féminine (sentiment) et masculine (action).

La sexualité est restée longtemps taboue, au point que les jeunes mariés ne savaient même pas ce qui « devait se passer » pendant la nuit de noces.

Pluton découverte en 1930 marque la « reconnaissance » de la sexualité. Ce n’est plus de l’indécence mais une fonction corporelle naturelle et un droit au plaisir. Mais il a fallu des décennies pour qu’on puisse en parler ouvertement.

Et quelques décennies de plus pour qu’enfin s’expriment au grand jour cet épouvantable sujet d’agressions sexuelles.

Autant dire qu’il y avait du travail !

Sexualité et plan divin

Pourtant, le pouvoir de procréer est un don divin. Mais il est le plus souvent abîmé, perverti, commercialisé et utilisé abusivement.

Disparu le côté initiatique qui nous améliore. Seule reste la recherche du plaisir immédiat et si éphémère qu’on n’a qu’une envie : recommencer.

On oublie facilement que la procréation donne un corps à une âme qui souhaite se réincarner. Les temps ont bien changé et, à présent, le plaisir sexuel stérile passe bien avant le désir d’enfanter.

Evidemment, il n’est pas question de juger mais de comprendre. La sexualité devenue libérée, libre et libératrice est un facteur important d’équilibre du couple.

Mais quand elle est ordinaire, excessive, uniquement fondée sur le plaisir sans partage et que toute valeur d’amour en est exclue, que devient-elle ? Un défoulement pour l’homme ? Et pour la femme, une habitude conjugale qui finit par la mener à l’épuisement et à laquelle elle cherche plus ou moins inconsciemment à se soustraire ?

Qu’en est-il du plan karmique ?

L’unique recherche de plaisir égoïste dans l’acte sexuel crée une charge karmique, surtout si c’est à n’importe quel prix.

C’est ainsi le cas de l’homosexualité ou la bi sexualité qui s’expliquent par le fait que la personne réincarnée a changé de sexe et qu’il lui faudra parfois plusieurs vies pour assumer le nouveau sexe. Mais il s’agit encore d’un cas différent.

Et que penser des couples homosexuels ou des célibataires qui, pour devenir parents, en sont réduits à la fécondation in vitro ou à faire appel aux mères porteuses ?

Autant de situations qui se chargent de karma. Il réapparaitra tôt ou tard dans une vie future, sous forme de problèmes sexuels de toutes sortes dont, évidemment, on ne connaîtra plus la cause.

Union et communion

Et pourtant !

La rencontre sexuelle transcendée éveille les chakras du couple simultanément. Ils entrent alors en vibration et se relient directement, non seulement aux ondes cosmiques et telluriques, mais en plus, à l’Autre, à leur divinité intérieure puis au « Tout Autre ».

Existe-il plus belle expérience  dans la réalisation d’un couple qui passe ainsi de l’union physique à la communion  éthérique ?

Le sexe devient l’Amour, énergie cosmique.

Et Vénus, l’amour, s’ouvre à Uranus et Neptune.

Evidemment, c’est l’idéal.

Peu de couples arrivent à cette illumination et ce n’est pas le but. Unir l’amour (Vénus) à la sexualité (Mars) est déjà bien suffisant.

Mais, si s’ajoute la Lumière, quoi de plus merveilleux qu’un enfant conçu dans la Lumière ?

Ce magnifique secret se cache dans les thèmes du couple. Reste juste à trouver où. Et cela relève aussi de l’astrologie relationnelle.

 

Au commencement fut l’astron
astrologie
Il existe sur l’astrologie quantité de définitions.
La plupart évoquent le terme grec « astron » signifiant étoile, astre. Ce terme se décline en plusieurs disciplines. Ainsi, nous avons :
L’Astro-logie : qui étudie les astres.
L’Astro-nomie : qui définit et nomme les astres.
L’Astro-sophie : qui répertorie et compare les astres par rapport à d’autres disciplines.
L’Astro-mancie : qui prédit par les astres.
L’Astro-phanie : qui communique avec le plan astral.
La voie de parenté des astres est donc très étendue.
Dans cet article, nous en resterons à l’astrologie.

astrologie Une de ses définitions les plus simples est « le fait d’expliquer l’impact ondulatoire des différents éléments cosmiques sur la Terre, donc sur ceux qui y vivent ».
Dans les années 90, le scientifique Daniel Verney, ingénieur et chercheur en informatique, émettait l’hypothèse que le champ de gravitation était le support d’une information psychique et spirituelle qualitative, ce qui expliquait l’influence des planètes sur le comportement humain.
astrologie
Depuis, la physique quantique a démontré, entre autres, la réalité de cette supposition.
Même sans y croire vraiment, ce qui n’est pas notre sujet, il n’est pas difficile de comprendre que toute chose émet une vibration et que toute vibration agit sur toute chose. Même la vibration émise par notre intention peut agir sur la vibration de notre ADN.
astrologie
Il en est de même pour les éléments cosmiques. Ainsi, chaque planète, chaque signe astrologique, chaque point du cosmos émet un rayon énergétique provoquant chacun une réaction différente chez la personne qui le capte.
astrologie
Par exemple, en simplifiant : la planète Mars émet un rayon de dynamisme, donc poussant à l’action, alors que la planète Vénus émet un rayon d’affectivité, donc, inclinant à aimer ou à détester. Mercure émet un rayon d’intellectualisation, donc, d’activation du mental et Jupiter un rayon d’envie d’expansion matérielle et sociale.
astrologie
Il en est ainsi et Mercure, par exemple, n’émettra jamais un rayon nous rendant amoureux, comme Vénus n’émettra jamais un rayon nous invitant à réfléchir. Car chaque planète a sa vibration bien spécifique qui n’appartient qu’à elle.
astrologie
Suivant la position des planètes dans le thème astral, c’est la combinaison de ces différents rayons qui va définir chez le natif à quel degré leur association sera harmonieuse.
astrologie
Ainsi, la belle Vénus pourra-t-elle ou pas amoriser le trop rationnel Mercure ? Et Mercure saura-t-il ouvrir Vénus à la réflexion ? Le sévère et limitant Saturne sera-t-il capable de cadrer un Jupiter super-exalté ? Mars, le combattant, saura-t-il stimuler suffisamment une Lune toujours endormie ?
Les réponses se trouvent dans ce que j’appelle les équations des aspects. Suivant leurs positions, les planètes s’entraident ou se gênent et c’est à ce décryptage et sa traduction comportementale que s’attelle l’astrologue.
Ici, je n’ai parlé que de quelques planètes, mais à cela s’ajoutent les autres éléments, fort nombreux, que je ne rappellerai pas.

Vous avez dit : holistique ?
astrologie
C’est le principe de base de l’astrologie d’interpréter la carte du ciel afin d’en tirer le meilleur pronostic de chemin de vie pour le natif.
astrologie Mais l’astrologie couvre de très larges domaines. Elle est traditionnelle, généthliaque, médicale, statistique, commerciale, mondiale, divinatoire, karmique et même policière. Elle peut toucher tous les secteurs et donner toutes les informations que l’on souhaite. Car tout se trouve dans un thème astral. Il suffit de trouver où.
astrologie
Qu’en est-il alors de l’astrologie holistique, celle que j’ai choisi de pratiquer ?
L’holisme, du grec « holos », entier, est une façon d’aborder chaque être et chaque univers de façon globale, « dans son entier ».
astrologie
Le meilleur exemple du contraire est la médecine allopathique qui ne fait que soigner les maladies sans en chercher vraiment la cause. Le malade est un peu considéré comme l’assemblage de plusieurs pièces et il suffit de changer la pièce défectueuse pour que le moteur redémarre et que la machine se remette en route.
astrologie
Mais qu’en est-il du moteur ? Et surtout, de l’énergie dont il a besoin ? Pour la médecine allopathique, il semble que cela n’existe pas. Que chaque pièce est indépendante de l’autre et se contente de faire son travail de rouage pour que l’ensemble, dont elle n’a d’ailleurs aucune idée, continue à fonctionner.
astrologie
À l’opposé de cette fragmentation de l’être humain, le concept holistique, lui, considère, que tout problème trouve son origine dans le moteur et son énergie. Et que changer une pièce réglera peut-être le problème visible et immédiat pour que la machine refonctionne, mais pas le problème caché, réel et profond. Si bien qu’après quelque temps, ce problème réapparaîtra, et même, amplifié. Dans ce cas, à quoi bon continuer à changer la pièce défectueuse si l’on ne cherche pas la véritable cause de la panne, dans la machine tout entière ? Car la pièce cassée n’est que le symptôme du mal-être de l’ensemble.
astrologie
Toute la différence entre analyse (Mercure) et synthèse (Uranus) !
Ainsi, l’astrologie holistique traite l’ensemble du thème et non pas juste un aspect séparé. Par exemple, Mars en Bélier, en secteur 3 ne sera pas n’importe quel Mars / Bélier / 3, mais un Mars aspecté par une Lune en Cancer en 7, elle-même aspectée par… Etc.
C’est donc un véritable jeu de piste où chaque point du thème fait ricochet avec le reste. Il faudra commencer par trouver la dominante du thème et voir dans quelle mesure elle contribue à l’harmonie ou la dysharmonie de l’ensemble.

Le petit (ou grand) plus karmique

astrologie
Interpréter le thème dans son ensemble, c’est ce que fait, en principe, tout astrologue traditionnel.
astrologie
Mais l’astrologie holistique aborde un aspect supplémentaire : le thème astral est le schéma de vie le mieux adapté au natif, en fonction de ce qu’il a vécu « avant » sa naissance, donc, dans ses vies antérieures. Et ce qu’il en a rapporté dans sa vie actuelle. C’est le rapport karma-dharma : comment le natif va-t-il utiliser son vécu précédent pour régler certains problèmes de sa vie actuelle, et de cette façon effacer le karma qu’il a choisi de revivre. Et ainsi, créer du positif pour ses vies futures.
astrologie
Le karma ou dette karmique est la somme d’erreurs faites dans les vies antérieures que nous avons choisi de rapporter dans notre vie actuelle pour essayer de les corriger. Quant au dharma, c’est un peu le programme de vie : ce que nous avons choisi d’accomplir dans la vie actuelle.
astrologie
astrologie Par exemple, une personne qui, dans sa vie antérieure la plus marquante, a consciemment lésé et blessé beaucoup de monde, physiquement ou moralement, sera « inconsciemment » attirée dans sa vie actuelle vers une profession à caractère social ou médical qui la remettra en présence de toutes ces personnes. Et dans ce nouveau contexte, en les soignant, elle essayera de corriger ses erreurs précédentes. Si, de plus, elle rencontre dans ce type de professions des problèmes récurrents, elle pourra faire une recherche karmique afin d’en trouver l’explication et choisir de travailler (ou pas) des relations plus spécifiques, afin que son karma s’efface définitivement.
astrologie
Toutes les informations karmiques se trouvent dans son thème astral, essentiellement à travers les points karmiques les plus puissants. En simplifiant, ce sont Lilith, les Nœuds Lunaires, les Portes, Chiron et Pluton, ainsi que l’aspect de Quinconce. Mais chaque planète peut être karmique.
astrologie
Une fois le problème repéré, la solution est toute proche : il suffit de suivre les aspects harmoniques liés aux points karmiques. Ils mènent tout droit aux comportements à adopter pour dénouer les situations de blocage. Au natif de faire ce qu’il faut pour ça car, tout n’est pas donné et la résolution de notre karma passe souvent par une profonde modification et amélioration de nous-mêmes.
astrologie
Évidemment, tout cela suppose de croire à la réincarnation qui est un des fondements de l’astrologie holistique.

Et du côté spirituel…
astrologie
Mais, sans en arriver forcément jusque-là, l’astrologie holistique informe également sur la voie spirituelle la mieux appropriée pour le natif, si toutefois la spiritualité l’intéresse, car il a toujours le choix.
astrologie
Petit rappel habituel : la spiritualité n’a rien à voir avec la religion. Dans ce sens, le terme spiritualité signifie ouverture à quelque chose que nous ressentons plus grand que nous, qui nous dépasse et nous attire « Là-Haut », vers les sphères que nous appellerons lumineuses. Découvrir son âme et surtout s’y connecter. Ce voyage intérieur mène alors à la plénitude et la sérénité.
astrologie
astrologie Évidemment, la religion peut conduire à la spiritualité, mais dans ce domaine les voies sont nombreuses, et chacun doit trouver la sienne.
astrologie
Ainsi, l’astrologie holistique s’oriente sur l’éveil de cette spiritualité, une richesse intérieure qui permettra de compenser les manques (apparents) de l’existence et d’utiliser au mieux les forces en présence pour rééquilibrer le thème.
astrologie
En ce sens, l’astrologie holistique se penche plus sur les capacités d’évolution du natif que sur les événements qu’il risque de rencontrer dans sa vie. Car en astrologie holistique, la mission de vie relève plus de comportements que d’actions.
astrologie
Par exemple, quel est le plus important dans un thème ? Annoncer au natif en situation constante d’échec amoureux qu’avec Saturne / Capricorne / 7 en mauvais aspect à Mars et Vénus, son comportement bloquant risque d’être incompatible avec la vie de couple ? Ou trouver pourquoi le couple lui semble négatif et conflictuel et comment il peut changer d’état d’esprit à ce sujet pour modifier son destin ? Et vivre en toute sérénité, sans se sentir frustré par ses manques ?
astrologie
Comme d’habitude, c’est à chacun de choisir et nul n’est obligé de passer par l’astrologie holistique. Elle ne représente qu’un plus par rapport à l’astrologie traditionnelle et tout le monde n’en ressent pas forcément le besoin.
astrologie
Mais en tant qu’astrologue holistique, je constate souvent la richesse cachée d’un thème « des profondeurs », tellement révélatrices et libératrices lorsqu’elles sont mises à jour, essentiellement par la déculpabilisation et la compréhension qu’elles favorisent.
Car le but de toute consultation astrologique n’est-il pas de permettre au natif de « vivre mieux » après ? Sinon, pourquoi vient-il voir un astrologue ?
astrologie
Mais cela suppose qu’il soit capable de se remettre en question, sans violence ni jugement ; simplement pour dénouer ces nœuds karmiques parfois tellement destructeurs. D’autant plus qu’ils dissimulent des situations totalement inconscientes car datant de bien, bien avant…

Pour conclure
astrologie
À mon avis, l’astrologie holistique peut rendre bien des services en allant beaucoup plus loin que l’astrologie traditionnelle. Elle vient compléter les vides inexplicables de certains comportements que l’on reproduit constamment, souvent inconsciemment et qui plombent l’existence de leurs effets pervers.
astrologie
Une étude astrologique traditionnelle, aussi détaillée soit-elle, ne cherche pas dans l’ailleurs astral, l’autrefois superlatif des incarnations précédentes ou les rapports karmiques revécus dans la famille d’aujourd’hui. Une étude astrologique holistique, oui. Elle peut mener très, très loin en arrière et révéler des rapports inimaginables. Mais tellement gratifiants quand ils permettent de décrypter des situations que l’analyse de la vie actuelle ne suffit pas à expliquer !
astrologie
astrologie Certains problèmes se reportent de génération en génération, d’incarnation en incarnation, qu’ils soient personnels ou non. Si nous les subissons sans en comprendre l’origine, il est bien rare que nous réussissions à les dépasser. L’astrologie holistique nous donne cette possibilité.
Mais, évidemment, cela suppose sortir du rationnel, croire que tout est lié, que notre vie actuelle n’est qu’un ici et maintenant de vies multiples dont le seul but est de tenter de s’améliorer toujours plus, afin d’atteindre la Lumière ; celle qui ne nous obligera plus à nous incarner.

Alors, le voyage ne vaut-il pas la peine ?
astrologie
Et si, poussées par un Mercure trop rigide, certains sceptiques ont besoin de preuves, je leur dirai simplement que l’astrologie holistique n’est pas faite pour eux. Peut-être plus tard. Ou dans leurs autres vies…
astrologie
À moins que, dans leur thème, les transaturniennes indiquent comment ouvrir les portes verrouillées… Mais si, justement, ces portes sont trop verrouillées, ne les forçons pas. L’ouverture se fera plus tard. Peut-être. Chaque chose en son temps. Et justement, dans ce domaine, nous avons toute l’éternité pour évoluer.
astrologie
L’entièreté de l’éternité, c’est justement ça l’holistique.

 

agnes andersen
Astrologue, écrivain, ésotéricienne

Avertissements

En astrologie holistique, le zodiaque symbolise l'évolution que l'homme doit réaliser durant son existence, signe après signe, pour accomplir un cycle dont le but est toujours le même : grandir spirituellement et découvrir son âme pour s’y connecter.

En recherchant, de l’énergie Bélier à l’énergie Poissons, le sens profond de la vie, il accède à une meilleure connaissance de lui-même.

Dans cette série d’articles, nous traiterons donc les 12 signes, l'un après l'autre, sous cet aspect d'évolution holistique.

Comme nous nous en tiendrons à l’interprétation d’un parcours uniquement fondée sur les énergies des signes, je rappelle que cette interprétation peut être totalement modifiée par les planètes.

Alors, prêts pour le voyage ?

Pour commencer, accueillons un nouveau né que nous appellerons Ange.

Imaginons qu’Ange traverse chaque signe du Zodiaque pour en expérimenter les vibrations.

Que se passera-t-il pour lui ?

Par exemple, en Vierge ?

 

6 La Vierge : je ne range pas. J’organise pour rendre service.

Après le comportement égotique et, finalement, frustrant du Lion,

Ange commence à s’interroger sur l’autre. Et souhaite le voir autrement.

Encore un pas dans le monde des signes où la conscience d’Ange s’ouvre toujours plus.

Que se passera-t-il pour lui maintenant ?

Par exemple, dans le signe de la Vierge ?

La Vierge est le sixième signe du Zodiaque.

Il commence le 23 août et c’est le dernier mois de l’été. Les énergies estivales se mêlent peu à peu à celles de l’automne qui approche.

Les récoltes sont faites et bien engrangées. La terre est nue, comme nettoyée, rangée et préparée pour la suite. C’est une période de dépouillement, propice à l’intériorisation.

Les jours raccourcissent toujours plus et inclinent au recueillement. Mais aussi à l’entraide et au partage. Car on sent déjà que la Terre va s’endormir jusqu’au printemps. Elle ne produira bientôt plus. Alors il faut prévoir cette période de manque et d’inactivité extérieure. Préparer les provisions pour passer l’hiver, physiquement et mentalement.

Fatigué de l’égotisme illusoire du Lion, Ange entre dans les énergies Vierge purificatrices. Assez joué. Le miroir, la scène, n’étaient qu’un leurre. Sa cour trop artificielle ne le rassure plus. Il aspire maintenant à plus de sincérité, de simplicité. De calme et même d’isolement.

En Vierge, Ange a besoin de se retrouver

L’autre lui apparait différent. Il n’est plus l’image qu’il lui renvoie de lui mais une occasion d’évoluer autrement.

En Vierge, Ange descend de son piédestal trompeur et acquiert la notion plus humaine de service, de dépassement.

"Etre là pour les autres", telle pourrait devenir sa devise.

Alors, pour servir l’autre, Ange met en œuvre ses qualités de disponibilité, de douceur, de patience, d’écoute, d'organisation. Son labeur ne s'arrête jamais. Guidé par la réflexion, la prudence, la prévoyance, il a toutes les chances de réussir tout ce qu’il entreprend. Tous ses projets se concrétisent, jusqu’au stade final de "l'oubli de soi pour l'autre ».

Le plus incroyable pour Ange, c’est que cette attitude d’offre et de service le rend profondément plus heureux que son rôle égotique précédent.

La notion d’amour change de forme. Elle n’est plus une image vide de lui-même mais un sentiment profond d’utilité créatrice et surtout altruiste.

Le regard que lui envoient les autres n’est plus de l’admiration mais de la gratitude.

C’est cela : Ange se sent utile. Donc, sa vie prend un sens.

Alors qu’en Lion, Ange existait par ce que l’autre lui apportait, en Vierge, il existe par ce qu’il apporte à l’autre. La dynamique d’amour s’est inversée : désormais, Ange ne cherche plus à recevoir mais à donner.

Un pas vers l’amour purifié est franchi. Mais attention qu’Ange n’en fasse pas trop dans ce domaine : amour et empathie ne doivent surtout pas devenir pitié et condescendance qui ne feront qu’engendrer un karma négatif en créant des rapports de dépendance. Et éveiller une autre forme d’orgueil : le désir excessif d’abnégation, voire de sainteté.

L’autre doit garder sa place « d’autre », respectable quoi qu’il soit, et ne pas devenir « une occasion de dévouement » valorisante pour Ange. Mais saura-t-il le comprendre ?

Car donner à l’autre ne signifie pas tout lui sacrifier.

Donc, dans l’énergie Vierge, Ange s’accomplit avec tranquillité et régularité. Sans rien demander de plus. Cette notion de service lui convient et il s’y adonne avec zèle. Il se sent indispensable, inséré dans la chaîne sociale comme un maillon supplémentaire et non plus comme un Dieu isolé dans son hédonisme. Il découvre la réalité de la vie avec son lot de misère à assumer, autant pour l’autre que pour lui.

Ange s’ancre dans le quotidien, l’ordinaire souvent désespérant qu’il souhaite améliorer.

Mais le Maître de la Vierge est Mercure, la planète de l'intellect. Le mental reste donc prédominant avec son cortège d'analyse, de critique, de remise en question, poussé par un perfectionnisme pas toujours bienvenu.

Alors, malgré sa bonne volonté, Ange supporte mal la médiocrité des autres. Et plus encore, leur stagnation dans cet état.

Prendre conscience de son impuissance dans ce domaine est souvent une découverte douloureuse. Mais telles sont les énergies de la Vierge : apprendre à aimer les gens comme ils sont, sans chercher à les changer.

De plus, ses capacités d’analyse lui ouvrent si grands les yeux qu’il repère vite les défauts et a beaucoup de mal à s’en accommoder. Lui trouve si facilement des solutions à tous les problèmes ! Alors pourquoi pas les autres ?

Ce mystère le dépasse souvent. Lui, si vulnérable, souffre profondément de ce gâchis.

Ange voudrait tant que tout soit parfait ! Surtout après les efforts qu’il fait. Mais, dans le signe de la Vierge, il doit apprendre, souvent à ses dépens, que, justement, la perfection n’est pas de ce monde. Et qu’il faut faire quand même.

Alors, trop méticuleux, Ange peut devenir pointilleux, voire maniaque. Ou même orgueilleux et humiliant à vouloir toujours apporter son aide, surtout quand on ne la lui demande pas.

Mais d’ailleurs, les autres la méritent-ils ? Il finit par se poser la question.

Car telle est la limite de la Vierge : accepter l’idée que l’aide offerte ne soit pas forcément la bienvenue ! Ni la plus méritée. Une expérience toujours décevante et frustrante avant d’être intégrée. Car elle éveille les derniers sursauts égotiques du Lion.

Mais la notion d’aide doit être bien resituée par rapport à celle d’utilité.

C’est que, sous son apparence rigoureuse, Ange souhaite être, en secret, une abeille, ouvrière de l'ombre, mais soutien de la ruche qui s'écroulera sans elle. Car Ange imagine qu’il est l'équilibre sous toutes ses formes, l'affectivité maîtrisée, la conscience de l'avenir. Mine de rien, c’est lui qui possède tous les pouvoirs qu’il sait utiliser avec sagesse et toujours dans le but de servir. Car lui seul sait exactement ce qu’il faut faire.

Du moins, c’est ce qu’il croit !

Ange apprend ainsi à être réaliste, tolérant, surtout, détaché du matériel pour développer des valeurs plus mentales. Se contenter de l'essentiel car il pressent que, dans le signe suivant, il devra totalement renoncer à lui-même pour se tourner non plus vers l’autre mais vers « les autres ».

Le signe de la Vierge est le dernier signe personnel, la fin du premier cycle d'évolution. A ce stade, Ange a acquis toutes les valeurs d'existence individuelles. Le besoin de l'autre lui devient évident, dans le sens où l'autre est ressenti « partie intégrante de lui-même ».

Non plus sur un plan de satisfaction égotique où l’autre n’est que le reflet de lui-même, mais sur un plan universaliste d’interdépendance où chacun a la même valeur, la même utilité pour assurer la cohérence du Grand Tout.

Dans la Vierge, Ange apprend à « se quitter lui-même » avant de "devenir l'autre" puis « s’universaliser ». Et cette transition débutera dans la Balance, signe suivant, la bien nommée, premier signe social.

Car, si important soit-il pour la Vierge, le don doit devenir partage, échange.

Ange est-il prêt à passer le pas ?


 

Le thème astral est la carte du ciel au lieu et à l’heure de notre naissance. Elle varie donc pour chacun de nous et marque notre originalité, notre caractère unique. Voyons pourquoi.

L’astrologie commence par l’astronomie
astrologie
astrologie Appelé aussi radix ou carte zodiacale, le thème astral comporte divers éléments.
D’abord les 12 signes, symboles des 12 constellations cosmiques entourant la Terre : le Bélier, le Taureau, les Gémeaux, le Cancer, le Lion, la Vierge, la Balance, le Scorpion ; le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau, les Poissons.
Le signe solaire de naissance est celui où le Soleil transite à ce moment-là. Il marque l’automatisme, la façon spontanée d’agir. Par exemple, instinctivement, un natif du Bélier aura plutôt tendance à la précipitation.
Ensuite, viennent les 12 maisons ou secteurs, projections des 12 signes sur la Terre, suivant son inclinaison. De taille variable, chaque secteur du thème correspond à un secteur de vie. Par exemple, le secteur 7 correspond aux rapports de couple, donc, analogiquement, au mariage.

 

 Suivent les entités astronomiques
astrologie
Ce sont :
Les étoiles.
Pour simplifier, nous ne prendrons que le Soleil que nous inclurons aux planètes. Il marque la personnalité, la vitalité, la volonté.
À d’autres niveaux d’interprétation, certaines étoiles fixes peuvent aussi influencer le natif. Par exemple, bien aspectée, Rigel favorise la gloire.
astrologie
Les planètes : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton. Chacune tourne autour du Soleil et active un trait de caractère particulier chez le natif. De plus, elle symbolise un personnage, une période de la vie, un lieu et un type d’événement. Par exemple, en schématisant, Mercure, éveilleur du plan mental, symbolise l’intellect, l’enseignant, l’adolescence, une école et une rencontre.
astrologie
Située entre Saturne et Uranus, la petite Chiron n’est pas toujours considérée comme une planète. Mais son interprétation astrologique est d’une grande richesse. Elle marque l’événement karmique qui transforme complètement une vie pour l’orienter dans un sens de spiritualité. Le plus classique est le fait d’échapper miraculeusement à la mort.
astrologie
astrologie Chiron est la planète qui nous permet de faire le saut entre Saturne, la limitante, et Uranus, la libératrice. Elle nous mène aux « transaturniennes », planètes de l’évolution spirituelle : Uranus, l’âme connectée, Neptune, la foi et Pluton, la transmutation.
astrologie
Récemment découverte, la planète Sedna n’est pas encore traitée en interprétation. À mon avis, elle annonce le changement d’état d’esprit et l’ouverture de conscience qui s’opère actuellement sur la planète.
Trop proche du Soleil, la planète Vulcain ne paraît pas dans la liste. Elle serait l’octave supérieure de Saturne et renforcerait la volonté. Mais son existence n’est toujours pas prouvée en astronomie.
astrologie
Nous pouvons aussi tenir compte des astéroïdes : Junon, Vesta, Cérès et Pallas qui flottent dans la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter. Cet amas résulterait de l’explosion d’une ancienne planète, Phaéton. Aujourd’hui, la science astronomique pense qu’il s’agit plutôt d’un ensemble de comètes.
astrologie
Les astéroïdes semblent mineurs ou encore mal connus en interprétation. Le plus important est Junon qui marque « le conjoint idéal », dans le sens initiatique.
astrologie
Quant à la Terre, dans un thème astral, elle se situe à l’opposé du Soleil. Étant le lieu d’interprétation, elle est, traditionnellement considérée comme le champ d’expériences du natif.
astrologie
Les satellites : le plus proche de nous : la Lune, incluse elle aussi dans les planètes. La Lune marque l’émotivité, la mère (dans le sens de maman nourricière et aimante), la petite enfance, un berceau et une naissance.
astrologie
Les points astronomiques invisibles : la Lune Noire ou Lilith, deuxième foyer de l’ellipse Lune-Terre. Priape est l’opposée de Lilith. Les Nœuds Lunaires sont les deux points où la Lune traverse l’écliptique.
Ces 4 points sont essentiellement karmiques et liés à notre sexualité inavouée et notre part cachée.
astrologie
Les points géographiques terrestres : l’axe Ascendant-Descendant (en rapport avec l’équateur) correspond aux lieux où le Soleil se lève et se couche. L’axe Milieu de Ciel-Fond de Ciel (en rapport avec le méridien de Greenwich), correspond aux lieux où le Soleil passe à midi et à minuit. Symboliquement, ils marquent les grands défis de l’existence : la façon d’être soi, (Ascendant) et d’être envers les autres (Descendant), la façon d’exercer le pouvoir social (le Milieu de Ciel), et la façon d’exercer le pouvoir sur soi-même (Fond de Ciel).
astrologie
Les points astronomiques. Et les autres…
Si j’ai bien compté, nous avons donc 47 points significatifs sur le thème astral.
À cela s’ajoutent les points fictifs d’angles : les parts dont je ne tiendrai pas compte ici, à part la principale : la Part de Fortune qui marque un succès particulier dans le domaine où elle se trouve.

À cela s’ajoutent les aspects, angles formés entre les entités astronomiques et les points géographiques. Il en existe 6 principaux et le nombre de leurs combinaisons est incalculable : au minimum 6 x 6 x 6 x 6 x 6 x 6 x le reste.
astrologie
Voici les 5 les plus courants :
Le cercle divisé par 2 donne 2 oppositions (180 °). Dans ces aspects, les planètes se font face et confrontent leurs énergies de façon si puissante qu’elles se combattent. La plus forte agira le plus et le natif aura souvent bien du mal à la maîtriser. Pour cette raison, une opposition est ressentie traditionnellement comme un risque de conflits avec les autres. C’est donc un aspect dit dissonant.
astrologie
Le cercle divisé par 4 donne 4 carrés (90°). Un carré étant mathématiquement la moitié d’une opposition, il en a donc le même effet mais atténué. Et le conflit sera plutôt un conflit intérieur, avec soi-même. Comme son grand frère, le carré est un aspect dissonant.
astrologie
La division du cercle par 3 donne 3 trigones (120 °), signe d’harmonie et d’équilibre du triangle équilatéral, symbolisant la stabilité et la continuité intérieure. Car sous ces angles, les planètes ont plus tendance à unir leurs énergies dans un but commun et constructif. Le trigone est donc un aspect dit harmonique.
astrologie
astrologie La division du cercle par 6 donne 6 sextiles (60°). Moitié du trigone, cet aspect a le même impact harmonique que lui, mais atténué.
astrologie
Existe aussi la conjonction. Dans cette figure, les planètes se touchent ou sont séparées de 10 ° maximum, parfois un peu plus, suivant le cas. Classiquement reconnu comme bénéfique, cet aspect dépend beaucoup de l’énergie de chaque planète en jeu. Généralement, la planète la plus énergique entraîne l’autre. Mais tout dépend de la planète associée. Ainsi, Mars, planète de feu hyperactive, risque de perdre beaucoup de son dynamise si elle est associée à Neptune, planète d’eau, apathique et pesante. D’autant plus si ce Mars en question se trouve dans un signe d’eau qui, naturellement, éteindra encore plus son feu.
astrologie
C’est donc à l’astrologue de déterminer qui, dans le thème astral, viendra secourir notre pauvre Mars si mal accompagné ! Il trouvera la réponse parmi cette quantité d’aspects qu’il lui faudra démêler et hiérarchiser.
astrologie
Un véritable labyrinthe car, en résumé, notre thème astral est la combinaison de :
12 x 12 x 18 x 4 x 6 x n aspects de points astronomiques.
Chacun d’entre nous est donc le résultat de cette combinaison minimum de 62 208 possibilités au départ !
astrologie
À multiplier par le nombre d’aspects qui peut aller de… disons 5 à 40. Personnellement, je n’ai jamais vu de thème astral ayant moins de 5 aspects.
En prenant une moyenne de 20 aspects, on arrive donc à environ 1 244 160 combinaisons possibles, si je ne me trompe pas.
En clair, cela signifie que notre thème astral est, au départ, plusieurs de ces 1 244 160 combinaisons qu’il faudra combiner avec le reste. Je vous laisse le plaisir de calculer…
astrologie
On dépasse alors largement le milliard de combinaisons. Difficile, dans ce cas, de ne pas être unique !
astrologie
L’astrologue doit donc interpréter tous ces points astronomiques au niveau psychologique, existentiel, temporel, karmique, et, pour les astrologues les plus courageux, prévisionnel. Sans oublier la santé, l’amour et l’argent, questions qui reviennent régulièrement dans une consultation. Autant dire à quel point l’interprétation est la résolution d’une énigme astrale et combien les planètes se font souvent un malin plaisir à cacher leurs vertus. Mais, quels que soient les problèmes dans un thème, les solutions sont toujours inscrites quelque part.

 

Un petit exemple concret
astrologie
astrologie Toujours en schématisant, prenons Mercure dans le signe de la Vierge et en secteur 3.
Il s’agit d’un « cas pur » car Mercure se trouve dans le signe et le secteur qui lui conviennent le mieux. En effet, la Vierge est un signe porté sur l’étude, l’analyse et la compréhension mentale. Quant au secteur 3, c’est le plan de l’intellect et des études. Placé dans des lieux en harmonie totale avec lui, Mercure pourra donner le maximum de son énergie bénéfique. Cet aspect signifie, entre autre : prédominance de l’intellect, goût pour les études, facultés exceptionnelles d’analyse, d’adaptation, de compréhension. Très forte dominante de relations et de communication. Parole et écrits facilités.

Ajoutons quelques aspects, par exemple :
Un trigone d’Uranus à Mercure lui apportera en plus l’esprit de synthèse, le don pour les sciences nouvelles, d’avant-garde, ésotériques. Et une très forte prédisposition à étudier l’astrologie et surtout à la pratiquer et à l’enseigner.
astrologie
Au contraire, une opposition d’Uranus à Mercure provoquera des blocages face à tout ce qui sort de l’ordinaire ainsi que la propension aux rapports et aux paroles conflictuels.
En plus, Mercure étant une planète qui pense mais n’éprouve pas de sentiments, il faudra étudier la position de Vénus, planète de l’affectivité, afin de voir si, d’après sa position et ses aspects, elle sera capable de compenser ce manque affectif ou pas.
astrologie
A cela s’ajoute la ou les planètes dominantes qui peuvent occulter totalement, dominer ou freiner Mercure. Une Lune trop passive, par exemple, qui le rendra intellectuellement paresseux. Au natif alors de faire le travail nécessaire pour redresser la situation.
astrologie
C’est ainsi. Chaque signe, chaque planète, chaque secteur émet sa propre énergie qui se combine avec l’ensemble plus ou moins harmonieusement et toujours différemment d’une personne à l’autre.
astrologie
Le travail de l’astrologue est donc d’interpréter toutes ces équations qui, d’abord, ne sont que mathématiques, c'est-à-dire, séparées par un nombre précis de degrés sur le cercle du zodiaque. Ne l’oublions pas.

Donc, à chacun son thème astral
astrologie
En ce sens, chaque thème astral est différent. Chacun est donc vraiment unique au monde, totalement original. Même des jumeaux homozygotes n’auront pas les mêmes thèmes puisqu’ils ne naîtront pas exactement à la même heure et que les aspects changent toutes les 20 minutes.
astrologie
astrologie Et dans le cas où deux personnes naissent exactement à la même heure et au même endroit, l’environnement conditionnera aussi le déroulement du thème. Les deux natifs vivront à peu près les mêmes événements en même temps (mariage, naissances des enfants, problèmes de santé par exemple). Mais leur chemin de vie sera différent et dépendra de la façon dont chacun a maîtrisé son thème. C’est la part de libre arbitre contenue dans chaque thème car un thème astral n’est jamais une fatalité. Comme dit l’adage : un quart de fatalité, trois quarts de volonté.
astrologie
Dans ces conditions, comment donner foi aux horoscopes commerciaux qui ne font que découper l’humanité en 12 tranches ou même en 36 quand on tient compte des décans ?
Ainsi, à mon avis, tout astrologue prenant son travail au sérieux ne peut donner foi aux horoscopes des journaux ou de la radio. Cela signifierait que toute l’humanité n’est composée que de 12 types de caractères et c’est tout. Je pense que vous avez quand même un peu plus d’originalité que ça.

Ainsi, l’astrologie confirme bien que chacun est unique.

astrologie
Mais elle délivre un autre message tout aussi important.
En référence aux natifs qui viennent voir les astrologues par peur de l’avenir, plutôt que craindre ce qui « risque d’arriver demain », essayons de voir « ce qui se passe aujourd’hui » et comment nous pouvons agir pour que notre destin soit comme « nous », nous l’aurons décidé. Et pas les astres.
Utilisée ainsi, l’astrologie est une aide précieuse.

 

agnes andersen
Astrologue, écrivain, ésotéricienne

Avertissements

En astrologie holistique, le zodiaque symbolise l'évolution que l'homme doit réaliser durant son existence, signe après signe, pour accomplir un cycle dont le but est toujours le même : grandir spirituellement et découvrir son âme pour s’y connecter.

En recherchant, de l’énergie Bélier à l’énergie Poissons, le sens profond de la vie, il accède à une meilleure connaissance de lui-même.

Dans cette série d’articles, nous traiterons donc les 12 signes, l'un après l'autre, sous cet aspect d'évolution holistique.

Comme nous nous en tiendrons à l’interprétation d’un parcours uniquement fondée sur les énergies des signes, je rappelle que cette interprétation peut être totalement modifiée par les planètes.

Alors, prêts pour le voyage ?

Pour commencer, accueillons un nouveau né que nous appellerons Ange.

Imaginons qu’Ange traverse chaque signe du Zodiaque pour en expérimenter les vibrations.

Que se passera-t-il pour lui ?

Par exemple, en Cancer ?

 

4 Le Cancer : bizarre ! Je ressens des choses…

Ange poursuit son aventure astrale. A travers chaque signe, il se construit peu à peu, d’après une logique d’existence toujours plus évolutive. Mais le chemin est encore long et plein de surprises.

Que se passera-t-il pour lui ?

Par exemple, en Cancer ?

Le Cancer est le quatrième signe du Zodiaque.

Il commence le 21 juin, au solstice d’été. C’est le premier mois de l’été, le début de la saison. C’est aussi le jour le plus long de l’année, symbolisé par les feux de la Saint Jean, qui, à l’origine, étaient une bénédiction des moissons.

Bien protégé par la terre, timide, le grain commence à germer. Osera-t-il s’aventurer à l’extérieur ? Quelle sera la récolte ?

Mais, c’est aussi la période où les jours recommencent à raccourcir.

Le Cancer est donc un signe de mûrissement intérieur et d’éveil.

Ainsi, après être né en Bélier qui lui a donné l’énergie vitale, avoir traversé le Taureau qui l’a bien nourri, Ange est devenu un beau bébé, en pleine santé, comblé dans ses besoins primaires et suffisamment solide pour expérimenter son entourage, dans les Gémeaux.

Ces bases acquises, Ange arrive en énergie Cancer. Il fait une pause car il ressent petit à petit que certaines choses le touchent, le font rire ou pleurer. Le rendent spontanément content ou triste, sans qu’il sache vraiment pourquoi. C’est qu’après l’expérience des autres différents de lui, il s’intériorise pour se retrouver et mieux se connaître.

Il retourne à son miroir. Et commence à s’analyser en tant que personnalité en construction.

Dans l’énergie Cancer, Ange découvre ses premières émotions, dont les plus classiques : le plaisir, la peur, la colère, le chagrin, le dégoût. Celles qui le poussent dans les bras de sa mère ou le font hurler à la vue d'une moustache.

Car le Cancer est le signe des émotions, mais avant tout, celles qui doivent nous protéger, essentiellement la peur. Pour cette raison, en Cancer, Ange éprouve le constant besoin d’être rassuré. Sur tout, partout et tout le temps.

Difficile de grandir et de se responsabiliser dans ces vibrations hyper sensibilisantes qui ne donnent qu’une envie : se cacher pour fuir la réalité. Et dans ce cas, quel meilleur refuge que la pensée profonde, le repli sur soi ? Mais aussi, la mère rassurante, la famille affectueuse, le domicile chaleureux et le passé qu’on connait si bien ?

En Cancer, les émotions fournissent à Ange les premiers repères sur lui-même. Il y découvre ce qu’il est capable de supporter. Mais rien de plus, car ce n’est que dans le signe suivant, le Lion, qu’il trouvera la force de dépasser ses limites.

Le maître du Cancer est la Lune, astre changeant, instable, mais fixé sur la mémoire, l'instinct, l'imagination.

La Lune fait rêver, ressentir. Mais elle n’éprouve pas de sentiments et n'agit pas. Rien de concret avec elle. Elle ne fait que maintenir Ange dans un état de nonchalance, très créatif sur le plan artistique, mais totalement stérile au niveau matériel.

Ange ne vit pas, il rêve sa vie.

Qu’il profite. Car dans le Cancer, Ange connaît encore le repos. Mais c’est le dernier, avant de se lancer à la conquête de lui-même, puis du monde.

Dans cette eau matricielle du Cancer, calme, tiède et enveloppante, Ange se sent indolent, doux, replié, mélancolique, à la recherche du bonheur perdu, celui de la chaleur du sein maternel ou du foyer parental. Qu’il n’a aucune envie de quitter.

L'avenir lui fait peur. Il préfère de loin se réfugier dans le passé dont il garde une mémoire exceptionnelle. Encoder pour longtemps ses souvenirs, comme autant de trésors bien cachés au fond de lui. Et auxquels il s’accroche et se réfère, le plus souvent. C’est rassurant, certes, mais sclérosant pour son évolution.

Comme il a peur de l’inconnu, Ange reste fidèle. A tout et à tout le monde, mais plus par paresse que par sentiment. Il s’illusionne de romantisme, aspire au grand amour, au bien-être. Mais ne met aucune énergie pour les trouver. Il se contente de les espérer.

La larme facile, incapable de se défendre, il essaie de se protéger d’avance de toutes les blessures de la vie. Trop vulnérable, au moindre risque, il se retire dans sa coquille infranchissable où rien ne peut l’atteindre.

Signe fragile par excellence, le Cancer symbolise le berceau accueillant, la félicité utérine dont Ange garde la nostalgie. Car l’énergie Cancer nous garde petit, bébé, immature, loin de toute responsabilité, à la charge des autres. Et surtout, sans souffrance.

Une énergie bien tranquille que celle du Cancer. Discret, timide, ne voulant ennuyer personne, Ange fait tout pour maintenir autour de lui la paix et la stabilité dont il a besoin.

A tel point que, petit à petit, Ange commence à s'y ennuyer !

Exit l’infantilisme du craintif qui ne rêve que devant ses vidéos. Ange commence à se trouver à l’étroit dans son cocon. Il étouffe et se sclérose. Il manque d’air et de lumière.

N’est-il pas temps pour lui d’oser pousser la porte et de se confronter enfin au monde et à la société ? En un mot, aux autres ? Aux différents de lui ?

Le Cancer carapace devient Cancer pinces. Il découvre ses armes redoutables qu’il n’a jamais utilisées jusqu’à présent. Et qui, d’un coup, le rassurent sur ses capacités combatives.

Si le moment arrivait ?

Fini la sensiblerie qui n’apporte plus rien d’exaltant. Ange a passé le cap. Tant pis s’il marche de travers, il se décide à, enfin, sortir de son auto contemplation pour rencontrer les autres.

Car il est temps que le Cancer brise sa carapace et sorte de sa coquille. Dont il gardera les pinces, tout de même ! Prêtes à servir !

Mais comment et pourquoi ?

C’est dans le signe du Lion qu’Ange devra trouver la réponse.

*******