ange2.1

 

 

 

Vous avez tous à faire, un jour ou l’autre, à ce genre de personne qui « a un problème » avec une dizaine d’autres.

Prenons à nouveau notre personnage fictif d’exemple : Evadam, cet androgyne qui, ilelle ou elil (ou ellui), symbolise à la fois tout le monde et chacun de nous.

Mais je rappelle que nous restons dans la caricature. Tout n’est pas aussi simple !

Donc, Evadam a le même problème avec, au moins, dix personnes différentes. La nature de ce problème n’est pas le plus important. Ce qui importe c’est qu’Evadam ait ce même problème avec des tas de gens et qu’ilelle finit par en conclure que ces dix personnes, en réalité, doivent se connaître et, probablement, « comploter contre ellui ».

C’est sa façon la plus cohérente d’expliquer les choses.

Eh oui, Evadam est capable d’en arriver à ça !

Alors qu’en réalité, il ne s’agit pas de dix personnes qui ont un problème avec lui mais « ellelui », Evadam, qui a le même problème avec tout le monde.

Donc, logiquement, le problème ne vient pas des autres mais de d’Evadam.

Comment se fait-il alors qu’Evadam ne s’en rende pas compte ? Qu’il ait un tel blocage mental ? Que « quelque chose » l’empêche de prendre de la hauteur, d’analyser son comportement pour découvrir (enfin !) que ce fameux problème lui est personnel et qu’ilelle ne fait que le projeter sur tout le monde ?

Au point d’en devenir obsessionnel, méfiant, rancunier et méchant. Parfois même, délirant ?

Ce blocage mental est l’œuvre de Saturne.

Saturne est la planète de la réflexion profonde, la prise de recul, la prudence, la conscience et la sagesse.

Mais, en situation ou en aspects dynamiques, ce qu’on appelait autrefois « maléficiés », Saturne devient bornée, tyrannique, procédurière et méchante. Voire satanique ! D’ailleurs, Saturne et Satan n’ont-ils pas les mêmes initiales ?

Est-ce pour cela qu’un Saturne qui se sent agressé, non seulement, ne pardonne rien mais, en plus, cherche à se venger de la pire des façons.

Bon. Si je pousse un peu loin, n’exagérons quand même pas. Nous sommes ici pour comprendre.

Mais, effectivement, un Saturne contrarié peut devenir fort désagréable.

Et, dans ce cas, une de ses armes favorites est la méchanceté.

 

Saturne

 Mais qu’est-ce que la méchanceté ?

C’est le comportement d’une personne méchante : elle fait du mal ou cherche à en faire, en toute conscience. Et en tire même de la satisfaction personnelle.

Quelques synonymes : malfaisant, malveillant, mauvais, cruel, sournois…Bref, vous avez compris : aujourd’hui, notre Evadam se montre ainsi : méchant. Tout le contraire de bon ou gentil.

Et appelons Dominique la personne qui lui fait face.

La méchanceté est une des caractéristiques négatives de Saturne. Analysons pourquoi.

Saturne est envieux, donc jaloux.

Comme Saturne invite Evadam à se détacher du matériel au profit du spirituel, il le frustre constamment en le privant de tous les petits plaisirs de la vie, tant qu’ellil n’a pas intégré sa leçon. Donc, si Evadam ne transcende pas, ellil devient un éternel insatisfait. Quoi qu’ilelle obtienne de physique, ça ne sera jamais assez.

Alors, s’ilelle estime que Dominique a plus que lui, ça se passe très mal.

Saturne déteste ne pas avoir toujours raison.

Comme, dans ce cas, Evadam souffre d’un complexe d’infériorité surcompensé, dominer les autres le rassure. S’ilelle n’a pas raison, Evadam s’inquiète sur sa propre valeur. Car ilelle ne comprend pas que « ne pas avoir raison » ne signifie par forcément « avoir tort » ou être inférieur aux autres.

Et comme Evadam est rongé d’ambition silencieuse et patiente, « avoir toujours raison » est pour elui, un gage de supériorité.

Saturne adore les jugements de valeurs.

Saturne est la planète de la justice, en plus, la justice du châtiment. D’où sa dualité : bon ou mauvais, pas de juste milieu.

Ainsi, dès leur première rencontre, Evadam pare Dominique de tous les vices ou de toutes les vertus.

Si Evadam juge immédiatement que Dominique a tous les vices, ellil est si sûr de son bon jugement, qu’ilelle ne lui refusera une deuxième chance de lui démontrer qu’ilelle se trompe. Le couperet tombe au premier regard et définitivement.

Si Dominique a toutes les qualités, cela disparait assez rapidement, tant la barre de valeurs saturniennes est exigeante. Alors, dès que Dominique déçoit, ce qui est inévitable, c’est pour Evadam la pire des trahisons. Qui, évidemment, ne peut rester impunie.

Ben oui, inutile d’y revenir. Affaire classée.

Et Evadam, pauvre victime de la cruauté du monde, va pleurer dans son coin en préparant sa vengeance.

Saturne est autoritariste.

Comme ilelle estime avoir toujours raison, Evadam ne comprend pas que Dominique lui désobéisse, à ellui « qui sait toujours tout et mieux que tout le monde ». Alors Ellil tente d’imposer sa volonté avec intransigeance et par n’importe quel moyen. Quitte à tirer dans le tas.

Les aspects dynamiques Saturne / Mars s’appellent, à juste titre, « les aspects du dictateur ».

Saturne est cruel.

Non par inconscience et impulsivité, comme Mars, ou par esprit libérateur ou purificateur comme Uranus ou Pluton, mais par froideur sentimentale et calcul. Et dans la certitude d’accomplir une mission, parfois divine.

Alors Evadam estime les châtiments corporels nécessaires, voire justifiés et jamais excessifs. Dans son intolérance, ellil ne ressent pas la souffrance des autres, qu’elle soit physique ou psychologique ; ilelle n’a aucune compassion pour ses victimes.

De plus, Evadam estime que « souffrir grandit ». Donc…horloge4

Saturne est limité dans le temps et l’espace.

Saturne enseigne, entre autre, « les limites à ne pas dépasser », donc, la moralité, la justice et le respect.

De plus, c’est la planète du temps terrestre. Elle rappelle constamment que, dans notre monde de 3ème dimension, les jours sont comptés.

Ces limites sont des repères très concrets pour qu’Evadam construise son ego dans le plan matériel. Mais elles deviennent des freins dès qu’ilelle veut s’en échapper : habitudes sclérosantes, enfermement, réduction, peur de l’avenir et de l’inconnu, dégénérescence.

C’est pourquoi Evadam doit casser ces limites s’ilelle veut évoluer. Ce travail se fera par la planète Chiron, l’initiatrice qui nous révèle Uranus, planète de la liberté totale.

Mais Saturne préfère tenir que courir. Donc, Evadam fuit tout ce qui sort de son cercle de confort (bien précaire, il faut le dire). Entre autre, la modernité et la nouveauté, le risque, surtout. Son truc, c’est plutôt « à l’ancienne ». Le bien connu et la sécurité avant tout.

Saturne pense ne pas avoir de forces physiques.

Alors Evadam se bat « autrement » : par la réflexion, le calcul, la ruse et le mensonge.

En réalité, Evadam est physiquement très solide mais préfère des armes plus mentales car ellil les juge plus efficaces. Et surtout, plus durables. Casser la figure à Dominique, que nenni ! Mieux vaut torturer pendant des années. Et dans ce domaine, l’imagination d’Evadam est sans limites.

Sans parler du plaisir qu’ilelle y prend !

Saturne est rancunier et ne pardonne jamais.

L’exigence morale d’Evadam pour les autres est telle qu’ilelle n’accepte aucun compromis. Qui déçoit Evadam sera définitivement étiqueté négatif et puni, d’une façon ou d’une autre.

La sentence sera toujours supérieure à la faute. Car, à quoi lui sert de se venger si Evadam ne fait pas payer pire que ce qu’ellil a subi ? C’est, d’après ilelle, le meilleur moyen pour comprendre sa faute.

Par contre, Evadam est beaucoup plus tolérant envers ilelle-même. Car sachant tout et ayant toujours raison, Evadam ne peut pas faire d’erreur.

C’est à Dominique de s’adapter à ses principes.

Je rappelle que j’ai caricaturé.

Car n’oublions pas que, bien aspectée, Saturne est une excellente planète. Elle nous enseigne la patience, la fidélité, la profondeur, la frugalité et le détachement matériel au profit de la spiritualité.

C’est aussi la planète de la sagesse, par l’introspection, la solitude, et l’expérience. Mais sur le plan uniquement terrien car Saturne ne transcende pas vers les autres plans.

On pourrait en rester là avec elle : vivre une vie de conscientisation, d’expérimentation des limites et de responsabilisation. Sur le plan terrestre, c’est suffisant : Saturne nous apprend à devenir et accepter « ce que » nous sommes. En tant qu’humain.

Mais ce serait dommage de ne pas continuer.

Car Saturne est aussi l’ouverture à beaucoup plus grand et beaucoup plus évolutif : le passage à Uranus, planète de toutes les libertés. Celle qui nous apprend à être « qui » nous sommes vraiment.

De plus, Uranus nous ouvre à la spiritualité, à l’Espérance, à la Connaissance, aux Guides, aux plans supérieurs et aux autres dimensions. Elle nous inculque surtout la Foi alors que Saturne ne nous révèle que la croyance, l’espoir, le savoir et l’expérience d’un monde en trois dimensions.

C’est là toute la différence.

Mais arriver à intégrer Saturne dans sa vie n’est déjà pas si mal…

Ajouter un Commentaire