sucre3

 

Il est une fois…

Un ami très cher. Il nous séduit dès notre plus jeune âge et, bien souvent, ne nous lâchera plus.

Il va s’introduire dans notre maison et notre vie. Comme un invité bien venu, il nous attachera par sa douceur et les délices qu’il nous promet, se glissant imperceptiblement dans notre existence, à chaque instant, silencieusement, innocemment. Et nous en ferons très vite une dépendance sans jamais nous en apercevoir.

Je ne vous parle ni d’un espion du KGB, de la CIA ou du Troisième Bureau !

Pourtant, ce vénérable ami est bien plus destructeur que tous les trois réunis.

Il s’installe dans notre intérieur le plus intime qu’il va commencer à détruire tout doucement, à mettre en pièces par une érosion sournoise mais délicieuse, tellement agréable en apparence qu’il risque d’être trop tard lorsque nous nous en rendrons compte.

Ce cher ami dont je vous parle, vous le connaissez tous. Il s’appelle…

Le sucre.

sucreSucre : aliment de saveur douce que l’on extrait surtout de la canne et de la betterave à sucre.

Mais le sucre est un faux ami, pour bien des raisons.

Tout d’abord, ce que l’on ignore souvent, c’est que, malgré sa saveur douce, le sucre est un acide, un produit acidifiant. Et un des pires !

Sur l’échelle du pH sanguin allant de Zéro à 14, zéro représente l’acidité absolue alors que 14 représente l’alcalinité absolue.

Le sucre se situe entre le 1 et le 3. Cela signifie qu’il laisse dans notre corps des résidus acides.

A titre de comparaison, le bicarbonate de soude se situe à 14. C’est l’aliment alcalinisant de référence.

Les ravages du sucre sont désastreux, (comme la plupart des acides d’ailleurs), s’il n’est pas compensé correctement par un apport d’aliments alcalinisants.

En chimie, le sucre est un glucide (hydrate de carbone = eau + carbone). Et, comme le carbone brûle et donne de la chaleur, le rôle du sucre est donc de fournir à l’organisme l’énergie dont il a besoin pour l’activité musculaire.

Oui, à condition d’être utilisé immédiatement, ce qui est rarement le cas.

Et c’est là que les choses se compliquent, car le sucre produisant de l’acide dans le corps, que se passe-t-il pour celui qui n’est pas utilisé ? Il va attaquer…

Dans le métabolisme, les acides sont irritants, agressifs, jusqu’à épuiser certaines fonctions de l’organisme. De plus, ils consomment beaucoup de sels minéraux et d’oxygène, ils encrassent les tissus et se stockent en réserves de graisse. Ils rendent moins résistants aux infections.

Ajoutons à cela qu’associé à certains oligo-éléments comme le phosphore (bonjour certain soda), le sucre se transforme en une véritable perceuse qui attaque le squelette et le fragilise.


Pourquoi ?

Parce que pour se transformer dans l’organisme, le sucre a besoin des vitamines du groupe B mais aussi de calcium en grande quantité. Il va donc se servir dans les dents et les os.

Tout le monde a entendu parler des caries dentaires. Mais nous ne faisons pas toujours le lien avec les « caries » osseuses qui partent du même principe. Parce que celles-là, on ne les voit pas.

De plus le sucre agit comme un poison qui intoxique l’organisme et le rend dépendant.

Car plus on mange de sucre… plus on est fatigué… et plus on a envie de manger du sucre.

Ce n’est qu’un petit aperçu des problèmes de santé dus au sucre : la porte ouverte aux rhumatismes, aux rhinites, aux lithiases rénales, aux allergies… Sans parler du diabète.

Problème supplémentaire : le sucre est associé à presque tous les aliments industriels, surtout les conserves (tous les ingrédients dont le nom se termine par « ose » sont des sucres). Difficile dans ce cas de lui échapper !

Pourtant, une petite douceur…

surce2

Comme dans toute théorie d’hygiène alimentaire, l’essentiel n’est pas de « se priver » mais de « se modérer ».

Tout aliment est bon, s’il est consommé modérément et, surtout, en association avec les aliments qui permettront une utilisation harmonieuse de ses vertus par l’organisme.

Donc, pas de panique.

Le sucre ? Oui. Mais sans excès ! Et surtout, le moins possible avec les protéines (produits animaux). Sinon, c’est la prise de poids assurée.

Et si nous sommes raisonnables, nous pourrons profiter des joies qu’il nous donne sans en devenir malade ! Car, même si ses ravages sont sournois, ils n’en sont pas moins graves et parfois irréversibles.

Alors, un susucre ?

A ce propos, vous avez remarqué que, même les chiens attrapent diabète, lithiases rénales et cancers ? Sans parler de l’obésité…

Bizarre, bizarre !

Commentaires   

0 #1 Patricia Paboeuf 01-02-2018 08:38
:-) merci de partager ce qui est tellement vrai !!!
Patricia
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir