penseurs

 

Difficile d’évoquer l’Apocalypse de St Jean sans que surgissent dans l’inconscient collectif les épouvantables châtiments menaçant l’humanité pécheresse.

La fin du monde, ni plus ni moins ! Avec son cortège d’effroyables catastrophes : cataclysmes, tornades, grêles et tremblements de terres, cavaliers destructeurs et vengeurs, dragons cruels dévoreurs d’enfants, attaques d’insectes, épouvantables fléaux dont nul ne réchappe.

Sans oublier le pire : le fameux triple 6, « 666 », la Bêêêêêête !

Bref, ce qui attend le malheureux pêcheur est si bien décrit, si incontestable surtout, qu’il n’a pratiquement aucune chance d’y survivre

C’est ce que raconte la Bible, ou plutôt, ses premières traductions latines qui, bien que datant du 2ème siècle (ans 382 à 420), sévissent encore dans nos campagnes profondes.

Car, à l’époque, comment maintenir dans la soumission et la peur un peuple ignorant, de surcroit abruti de misère?

Et que penser de ceux qui, encore aujourd’hui, prétendent vouloir appliquer à la lettre les préceptes de la Bible ?

Loin de cette eschatologie aussi obscure qu’effarante, qu’en est-il réellement ?

Certains traducteurs nous auraient-ils menti ?

Je crains bien que oui !

Je me souviens quand la dame catéchiste nous parla d’un homme dont « une épée sortait de la bouche ».

Bizarre pour l’insupportable gamine que j’étais. Ou plutôt, incroyable ! Un monsieur qui crache une arme blanche ? Impossible ! Alors, soit cette dame mentait ou était complètement stupide, soit, il fallait comprendre autre chose, mais quoi ?

Evidemment, cette gamine, je l’ai inventée. Juste histoire d’argumenter qu’un jour ou l’autre, on doit bien finir par se poser les questions les plus élémentaires sur de telles énormités !

Si, à l’époque, on demandait au peuple de « croire sans discuter », fort heureusement, aujourd’hui, ce n’est plus le cas !

Alors, que penser de l’Apocalypse, texte sacré par excellence mais aussi, et surtout, profondément ésotérique, dans le sens le plus pur de l’occultisme : enseignement voilé, dévoilé, revoilé ?

Il est admis aujourd’hui que la traduction française de la Bible est pleine de faux sens, de contre sens et surtout d’invraisemblances et d’incomplétudes.

Va-t-elle au plus simple ou au plus susceptible de préserver les privilèges et la toute puissance de l’Eglise sur le peuple ?

Manipulation volontaire ?

« That is the question ! »

En réalité, certains modes de traduction de l’hébreu carré, dans laquelle la Bible fut aussi écrite, permettent de donner à un mot une signification tellement vaste et révélatrice que les versions latines puis françaises semblent bien scolaires.

Et faites, justement, pour les croyants qui ne souhaitent surtout pas se déformater.

Lors de ce webinaire, ce ne sera pas le cas !

Car, analysé suivant les théories de gématria, de notarika et de témurah, chaque terme hébreu de la Bible peut révéler jusqu’à vingt significations différentes.

Etudiée ainsi, l’Apocalypse n’a plus rien « d’apocalyptique », de monstrueux ni tellement disproportionné.

En réalité, l’Apocalypse se révèle être une admirable « clé d’ouverture des énergies spirituelles », un enseignement d’évolution personnelle.

Clé admirable mais cryptée.

Loin de toute menace de fin du monde, si souvent prédite et jamais arrivée, elle nous guide pas à pas sur une voie initiatique comprenant épreuves, enjeux et indices pour un voyage intérieur menant, une fois de plus, à la sérénité, par la découverte de notre déité.

Fondé sur le chiffre 7, lui aussi très symbolique, le récit de St jean, sa vision si détaillée, n’est bien que la « Révélation » d’un savoir divin, censé nous mener toujours plus loin dans notre rencontre avec Dieu.

Interpréter l’Apocalypse autrement ? Oui, c’est possible.

C’est le but de cette rencontre.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir