Pourquoi tant de guerres dans l’Ancien Testament ?

La Bible est composée de deux parties : l’Ancien Testament et le Nouveau Testament.

Mais qu’est-ce qu’un testament ?

« C’est un écrit dans lequel une personne indique les personnes auxquelles elle souhaite transmettre ses biens après sa mort » nous dit Wikipedia.

Alors, donner le nom de Testaments aux parties d’une bible, n’est-ce pas curieux ? Et pourquoi Ancien et Nouveau ?

N’était-il pas plus logique de préciser Première partie et Seconde Partie ?

Justement, non. Comme je l’ai dit et comme je l’ai appris, la Bible est un code de conduite révélé à qui veut bien faire l’effort de l’étudier autrement. Elle nous apprend à devenir toujours meilleur afin de nous approcher le plus possible de Dieu en développant notre part divine. Ce qui ne signifie pas que nous devenons Dieu à la place ou avec Dieu mais que nous devenons un canal pour Lui, les porteurs de Sa Lumière et, ainsi, les preuves vivantes de Son existence.

Car, par notre comportement, nous pouvons devenir les messagers de Dieu. (Ou ceux du démon, mais ce n’est pas notre sujet d’aujourd’hui).

Comment ?

Non pas en lisant la Bible au premier degré, comme la religion nous l’enseigne mais par la Gematria, le Notarikon et la Temura. Ces méthodes consistent à inverser les lettres de chaque mot, à en sortir la racine ainsi que la valeur numérique afin qu’il nous révèle tous ses sens cachés, ses interprétations secrètes donnant les clés pour évoluer grâce à ce texte sacré.

La Bible devient alors un mode d’emploi pour une évolution spirituelle la plus élevée possible.

D’où le nom de ces deux parties : l’Ancien Testament qui raconte surtout la création du monde et Dieu et le Nouveau Testament où apparait Jésus.

Jésus est donc la jonction entre ces deux Testaments. Testaments donnés à qui ? A nous, tout simplement. Mais qui peut le comprendre sans en être instruit ?

Quant à Ancien et Nouveau, ils marquent la différence entre l’ancien monde, avant Jésus, et le Nouveau Monde, après Jésus.

Mais pas seulement. Car en incarnant l’Amour Divin devenu Amour humain, Jésus porte une symbolique extraordinaire : celle de la naissance de « l’Homme nouveau ».

Jésus est né le 25 décembre, nous dit la Bible. Logiquement, ce serait plutôt autour du 22 décembre, date où le Soleil entre dans le signe du Capricorne, marquant ainsi le solstice d’hiver où la nuit est la plus longue de l’année. Donc, la plus propice à nous intérioriser pour nous remettre en question.

Faisons un petit calcul : s’il est né le 22 décembre, Jésus a été conçu le 22 mars, équinoxe du printemps où le jour a la même durée que la nuit avant que la Lumière ne reprenne le pas sur l’obscurité. En astrologie, le Soleil entre dans le signe du Bélier, c’est le printemps, le début de l’année zodiacale et, avant le calendrier Julien, c’était le début officiel de l’année, en tous cas, dans la culture druidique.

Coïncidence ?

Ainsi pourraient s’expliquer les termes Ancien et Nouveau qui ne font qu’annoncer que l’homme ancien peut entrer en gestation à l’équinoxe du printemps pour naître au solstice d’hiver.

L’Ancien Testament décrit donc « l’homme ancien », c'est-à-dire privé de la Lumière de Jésus Christ et totalement en conflit avec le monde. En effet, il est encore dominé par ses instincts et passe la plupart de son temps à se battre. A l’extérieur : contre son voisin, contre sa famille, contre tout « autre », ce qui, en astrologie, correspond aux planètes en opposition.

Car pour l’homme ancien, toute souffrance, toute frustration, vient de l’autre. L’autre est donc un danger permanent à abattre. C’est donc ce qu’il fait, d’où la série de tueries dans l’Ancien Testament, symbole des guerres sans fin qu’il mène.

Puis arrive Jésus et « l’Homme Nouveau » orienté sur les voies de l’Amour. Les guerres extérieures disparaissent mais les combats se poursuivent. Sauf qu’ils deviennent intérieurs. En astrologie, ce sont les carrés entre les planètes : l’homme se bat contre lui-même.

Car l’Homme Nouveau lutte « en lui » pour évoluer, pour changer, pour éveiller son côté divin. Il lutte contre ses vices qu’il veut transmuter en qualités et cela se passe tout le long du Nouveau Testament où chaque défaut est, de façon cachée, non seulement souligné mais, en plus, offre lui-même la clé pour être vaincu.

Ainsi, l’Homme Nouveau avance pas à pas vers sa divinité jusqu’au combat final, l’Apocalypse de St Jean qui n’est autre que le rappel des sept péchés capitaux l’avarice, la colère, l’envie, la gourmandise, la luxure, l’orgueil, la paresse, qu’il faudra transmuter en sept vertus : la Foi, l’Espérance, la Charité, la Justice, la Prudence, le Courage et la Tempérance.

Ainsi, armé de ces principes moraux, l’Homme Nouveau pourra enfin affronter et vaincre « la Bête », le fameux 666 qui n’a rien d’eschatologique. Car elle n’est, en réalité, que l’image de son pire démons intérieur.

Pour moi, 666, c’est simplement ce cher ego.

En résumé, voilà pourquoi l’Ancien Testament relate tellement de guerres. Elles ne sont en réalité que les combats que nous menons quotidiennement contre les autres, ne serait-ce que par le seul fait de les contredire sans même prendre la peine de les écouter. Ou des les critiquer négativement, uniquement pour se faire valoir. Ou de les chagriner uniquement parce que ça nous plait de les dominer. Etc.

Sachons bien que nous sommes en guerre éthérique avec les autres chaque fois que nous ne sommes pas en harmonie lumineuse avec eux. Reste à savoir si nous préférons rester agresseurs, l’homme ancien, ou nous transmuter en Homme Nouveau, messagers de paix.

Et là, je pense que les exemples ne manquent pas.



Commentaires   
#2 agnes 17-12-2017 11:13
Bonjour Marc.
Je vous remercie pour votre commentaire.
Au sujet de votre question, d'après ce qu'on m'a enseigné, Jésus ne serait pas né le 25 décembre mais le 21 avril de l'an 4 avant J C (calendrier Julien).
C'est beaucoup plus tard que l'empereur romain qui contrôlait, à l'époque, Israël, fixa la date du 25 décembre pour célébrer Noël, parce que c'était un des rares jours de l'année où il n'y avait pas encore de fête, ce qui éviterait les éventuels conflits.
Je rappelle que c'est ce que j'ai appris, moi et que, dans ce domaine, chacun a le droit de penser autrement.
Cordialement.
Citer
#1 LEFEVRE 16-12-2017 19:23
Bonjour Anne,
J'apprécie vos textes qui viennent enrichir mon exploration du monde intérieur.
Avez-vous trouvé un passage de la bible qui parle de la naissance de Jésus le 25 décembre ? Si oui j'aimerais bien le connaitre :-) .
Info utile à ce sujet :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Noël
https://www.caminteresse.fr/video/pourquoi-noel-tombe-le-25-decembre-1114404/
En nous souhaitant un chemin lumineux et inspiré.
Cordiales pensées.
Marc
Citer
Ajouter un Commentaire