Réincarnation, karma ou choix ?

La théorie de la réincarnation enseigne qu’après la mort du corps physique, l’âme que nous avons tous, même parfois bien cachée, ne meurt pas. N’ayant pas de matérialité, c'est-à-dire de consistance physique (nous ne pouvons ni la voir avec nos yeux de chair, ni la saisir avec nos mains), elle n’a donc pas d’existence matérielle, contrairement à notre corps qui, lui, s’use, se détruit et se désagrège pour redevenir « poussière ».

Mais où peut bien aller une âme immortelle après la mort de son enveloppe charnelle, ce corps physique qu’elle a choisi pour accomplir sa mission de vie ?

Si nous nous en tenons à la tradition séculaire de certains enseignements, comme le Bouddhisme, par exemple, l’âme est en migration dans son corps de chair. Il lui sert de véhicule pour expérimenter les mondes de troisième dimension. Quand il est devenu hors d’usage, elle le quitte pour retourner sur le plan des âmes qu’on appelle communément l’astral. Là, après un séjour plus ou moins long durant lequel elle revoit et analyse ses incarnations passées, le plus souvent, elle choisit de se réincarner pour poursuivre le travail entrepris précédemment, corriger certaines erreurs, retrouver certaines personnes, ou parce que la communauté aura besoin d’elle. Ou, tout simplement, parce que sa vie dans un monde de troisième dimension lui convenait et qu’elle n’en souhaite pas (ou pas encore) d’autre.

La réincarnation n’est donc pas forcément due au karma car, dans les autres plans, la notion de mérite n’existe pas.

Ce que l’on sait moins c’est que la tradition Druidique, doctrine initiatique d’Europe occidentale, donc, la nôtre (en France), enseigne aussi ce principe de « migration des âmes » à travers plusieurs Cercles éthériques, chacun permettant de développer un état d’élévation spirituelle, jusqu’arriver au Gwenwed, le Monde Blanc, où l’âme peut enfin fusionner avec le plan divin.

Comme l’explique Rafaël Payeur dans sa conférence « L’aide aux mourants » (n° 129 du 5 11 2007), un nouveau concept datant du 19 siècle, initié par Helena Blavatsky, fondatrice du mouvement de Théosophie, prétend que « nous devons » nous réincarner dans les mondes de troisièmes dimensions (pas forcément la Terre) afin de nous perfectionner de plus en plus. Ainsi, nous élèverons nos vibrations jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment pures, pour nous permettre de rejoindre les plans de l’astral supérieur. Ces retours incessants et, pour elle, obligatoires, obéissent à une loi universelle : le karma, somme de nos actes contraires à la Loi d’Amour que nous devons corriger.

Certains « initiés » murmureraient même qu’il nous faudrait vivre au moins 777 incarnations. Evidemment, ce nombre ne correspond pas à une valeur numérique ou mathématique mais à un symbole fondé sur le 7, ici chiffre miroir triplé. Je vous laisse chercher vous-même la signification de ce mystère… Juste un indice : le 7 correspond à la lettre Zayin de l’alphabet hébraïque. C’est aussi le Charriot du Tarot.

Dans ce cas, que devient la Liberté fondamentale que nous a offerte le Créateur, dans son Amour sans limite pour sa création ?

Qu’en est-il exactement ?

Personnellement, je m’en tiens à la tradition millénaire nous conseillant justement de sortir au plus vite de cette « Roue des incarnations ». En réalité, ce piège ne fait que nous enchaîner dans un monde illusoire, une matrice, bien loin de nous apporter la sérénité que nous cherchons tous, plus ou moins consciemment.

La réincarnation ne dépend donc que de notre volonté.

Ce choix de se réincarner ou pas, nous l’avons après la mort, lorsque notre âme fait le bilan de toutes ses incarnations. C’est la période des 40 jours (nombre à nouveau symbolique) pendant lesquels, autrefois, dans la religion chrétienne, une messe était dite chaque matin pour aider le mort à progresser vers la Lumière dans les plans astraux.

Durant ce long périple, l’âme passe différents niveaux, des portails où elle doit rendre compte de sa vie passée. Aidée par son Ange Psychopompe, elle se trouve constamment tentée pour retourner dans les mondes matériels. D’autant plus que les êtres qu’elle rencontre ne sont pas toujours bien intentionnés, certains même trouvant beaucoup d’intérêts personnels à ce que nous revenions dans les plans égotiques. Car le corps physique est souvent le siège de pensées négatives qui nourrissent les êtres du bas astral. D’où leur désir de nous voir retourner dans la matière où, à leur grande satisfaction, l’ego sera constamment sollicité pour s’enfler toujours plus et ainsi, combler leurs noirs appétits énergétiques.

En plus des raisons de retour que nous avons évoquées, le plus souvent, l’âme qui choisit de se réincarner n’a pas encore transcendé pour fusionner avec le Grand Tout. Ou ne souhaite pas le faire. Elle préfère retrouver son ego terrestre et le monde matériel auxquels elle reste attachée.

Mais elle peut aussi choisir de ne plus s’incarner, d’échapper enfin à cette Roue des incarnations, ce qui ne l’empêchera pas de poursuivre son évolution. Simplement, elle le fera sur les plans immatériels où, bien sûr, on ne peut plus manger de glaces (quoi que…) ni se parer de pierres précieuses ou s’offrir de luxueuses voitures mais où l’on peut se rapprocher un peu plus du Grand Tout qui reste une finalité de l’existence.

Car il semble bien que, seule, notre rencontre avec Lui puisse nous apporter la sérénité.

Mais dans ce domaine, chacun a le choix. Et le temps…

Commentaires   
#6 agnes 13-03-2018 19:46
Bonjour Pascaline
Nous revivons les mêmes situations tant que nous ne les avons pas comprises. De plus, elles se représentent toujours plus difficiles à vivre tant que nous ne nous décidons pas à y réfléchir.
Au départ, le karma n'est pas une loi d'Amour mais une loi de Causalité qui doit nous mener à l'Amour par la démarche que nous sommes prêts à faire pour le liquider (le plus souvent, la loi du pardon).
Comme vous dites, en réalité, notre libre arbitre est limité. Notre karma est là et notre seule véritable liberté est de l'accepter pour le liquider ou de le refuser.
Mais n'oublions pas que c'est nous qui l'avons choisi.
L'effroyable cas hitler est, évidemment, monstrueux dans notre monde de 3ème dimension. Parce que ça relève d'énergies souvent incompréhensibles pour le mental humain.
J'espère avoir répondu à vos questions. Cordialement.
Citer
#5 pascaline 07-03-2018 06:07
Agnes,
Merci pour votre réponse.
En effet, la question du pardon a été déjà abordée, j'ai cependant encore du mal à comprendre quel est l'intérêt de revivre les mêmes choses sans savoir pourquoi on vit une situation qui nous parait être absurde, étant donné que l'on a "oublié"et qu'il est donc très difficile de comprendre ce qui est signifié et ce qui est demandé. Souvent, le karma m'a paru être un piège bien plus qu'une loi d'amour ou loi divine, ou loi pédagogique...c'est pour cela que votre article m'a tout particulièrement intéressée, étant moi-même exactement dans ce questionnement : quelle est la part du "choix" ? Il me semble aussi que certains n'aient pas forcément le choix, va t'on permettre à un Hitler de s'incarner sur d'autres plans sans avoir purgé toutes les déformations de l'égo qui pourraient créer d'aussi gros dégâts ou plus encore que sur terre ....? Je me demande...

Bien à vous
Citer
#4 agnes 02-03-2018 08:22
Bonjour Pascaline
Merci pour votre commentaire.
Voici une réponse à votre question mais je ne prétends pas que ce soit la seule, tant l'expérience de réincarnation est vaste.
Généralement, tant qu'un problème n'est pas réglé, il réapparait de vie en vie et de plus en plus violemment. Si vous subissez le même traumatisme de vie en vie, c'est que le lien karmique n'est toujours pas coupé, malgré tout le travail que vous avez fait.
Au cours de ce travail, vous a-t-on parlé de la notion de pardon ?
Car, quel que soit le traumatisme subi, la seule façon de l'effacer en coupant le lien karmique est de pardonner à la personne qui vous l'a fait subir.
Vous l'a-t-on enseigné ? Si non, je vous encourage à cette démarche. Ainsi, vous effacerez votre karma.
Cordialement.
Citer
#3 pascaline 01-03-2018 16:25
Bonjour
Merci pour cet article, je m'intéresse beaucoup à la notion de karma, j'ai pu explorer nombre de mes anciennes vies via différents moyens, mais je retombe toujours sur les mêmes situations, les mêmes blessures, qui créent de profonds traumatismes. J'ai une question en tête qui me revient régulièrement et qui est tout simplement : pourquoi ? Pourquoi, d'incarnation en incarnation nous revenons vivre des horreurs, des traumas, tjr à peu près les mêmes ? y'a t-il un moyen de bloquer l'âme dans un piège ? je n'ai jamais eu de réponse à cette question très profonde, et personne de "l'autre côté" n'a été en mesure de me répondre non plus, avez vous des informations ?
Bien à vous
Citer
#2 agnes andersen 03-07-2017 08:32
Bonjour Yvel.
Merci pour ton commentaire.
En ésotérisme, cette notion de karma est une des causes de notre besoin de spiritualisation, conscient ou pas.
Car, quoi que nous fassions, il me semble bien que nous nous sentions tous attirés par ce Grant Tout dont une partie se trouve en nous. D'où, peut-être, ce constant besoin de fusion que nous essayons de satisfaire, maladroitement par le matériel alors qu'il est énergétique.
Un des grands mystères de la vie ?
Citer
#1 Yvel 02-07-2017 22:21
Bonjour.
J'apprécie votre façon de porter un regard sur ce sujet : renaître et karma.
Merci; Yvel.
Citer
Ajouter un Commentaire