Avertissements

En astrologie holistique, le zodiaque symbolise l'évolution que l'homme doit réaliser durant son existence, signe après signe, pour accomplir un cycle dont le but est toujours le même : grandir spirituellement et découvrir son âme pour s’y connecter.

En recherchant, de l’énergie Bélier à l’énergie Poissons, le sens profond de la vie, il accède à une meilleure connaissance de lui-même.

Dans cette série d’articles, nous traiterons donc les 12 signes, l'un après l'autre, sous cet aspect d'évolution holistique.

Comme nous nous en tiendrons à l’interprétation d’un parcours uniquement fondée sur les énergies des signes, je rappelle que cette interprétation peut être totalement modifiée par les planètes.

Alors, prêts pour le voyage ?

Pour commencer, accueillons un nouveau né que nous appellerons Ange.

Imaginons qu’Ange traverse chaque signe du Zodiaque pour en expérimenter les vibrations.

Que se passera-t-il pour lui ?

Par exemple, en Vierge ?

 

6 La Vierge : je ne range pas. J’organise pour rendre service.

Après le comportement égotique et, finalement, frustrant du Lion,

Ange commence à s’interroger sur l’autre. Et souhaite le voir autrement.

Encore un pas dans le monde des signes où la conscience d’Ange s’ouvre toujours plus.

Que se passera-t-il pour lui maintenant ?

Par exemple, dans le signe de la Vierge ?

La Vierge est le sixième signe du Zodiaque.

Il commence le 23 août et c’est le dernier mois de l’été. Les énergies estivales se mêlent peu à peu à celles de l’automne qui approche.

Les récoltes sont faites et bien engrangées. La terre est nue, comme nettoyée, rangée et préparée pour la suite. C’est une période de dépouillement, propice à l’intériorisation.

Les jours raccourcissent toujours plus et inclinent au recueillement. Mais aussi à l’entraide et au partage. Car on sent déjà que la Terre va s’endormir jusqu’au printemps. Elle ne produira bientôt plus. Alors il faut prévoir cette période de manque et d’inactivité extérieure. Préparer les provisions pour passer l’hiver, physiquement et mentalement.

Fatigué de l’égotisme illusoire du Lion, Ange entre dans les énergies Vierge purificatrices. Assez joué. Le miroir, la scène, n’étaient qu’un leurre. Sa cour trop artificielle ne le rassure plus. Il aspire maintenant à plus de sincérité, de simplicité. De calme et même d’isolement.

En Vierge, Ange a besoin de se retrouver

L’autre lui apparait différent. Il n’est plus l’image qu’il lui renvoie de lui mais une occasion d’évoluer autrement.

En Vierge, Ange descend de son piédestal trompeur et acquiert la notion plus humaine de service, de dépassement.

"Etre là pour les autres", telle pourrait devenir sa devise.

Alors, pour servir l’autre, Ange met en œuvre ses qualités de disponibilité, de douceur, de patience, d’écoute, d'organisation. Son labeur ne s'arrête jamais. Guidé par la réflexion, la prudence, la prévoyance, il a toutes les chances de réussir tout ce qu’il entreprend. Tous ses projets se concrétisent, jusqu’au stade final de "l'oubli de soi pour l'autre ».

Le plus incroyable pour Ange, c’est que cette attitude d’offre et de service le rend profondément plus heureux que son rôle égotique précédent.

La notion d’amour change de forme. Elle n’est plus une image vide de lui-même mais un sentiment profond d’utilité créatrice et surtout altruiste.

Le regard que lui envoient les autres n’est plus de l’admiration mais de la gratitude.

C’est cela : Ange se sent utile. Donc, sa vie prend un sens.

Alors qu’en Lion, Ange existait par ce que l’autre lui apportait, en Vierge, il existe par ce qu’il apporte à l’autre. La dynamique d’amour s’est inversée : désormais, Ange ne cherche plus à recevoir mais à donner.

Un pas vers l’amour purifié est franchi. Mais attention qu’Ange n’en fasse pas trop dans ce domaine : amour et empathie ne doivent surtout pas devenir pitié et condescendance qui ne feront qu’engendrer un karma négatif en créant des rapports de dépendance. Et éveiller une autre forme d’orgueil : le désir excessif d’abnégation, voire de sainteté.

L’autre doit garder sa place « d’autre », respectable quoi qu’il soit, et ne pas devenir « une occasion de dévouement » valorisante pour Ange. Mais saura-t-il le comprendre ?

Car donner à l’autre ne signifie pas tout lui sacrifier.

Donc, dans l’énergie Vierge, Ange s’accomplit avec tranquillité et régularité. Sans rien demander de plus. Cette notion de service lui convient et il s’y adonne avec zèle. Il se sent indispensable, inséré dans la chaîne sociale comme un maillon supplémentaire et non plus comme un Dieu isolé dans son hédonisme. Il découvre la réalité de la vie avec son lot de misère à assumer, autant pour l’autre que pour lui.

Ange s’ancre dans le quotidien, l’ordinaire souvent désespérant qu’il souhaite améliorer.

Mais le Maître de la Vierge est Mercure, la planète de l'intellect. Le mental reste donc prédominant avec son cortège d'analyse, de critique, de remise en question, poussé par un perfectionnisme pas toujours bienvenu.

Alors, malgré sa bonne volonté, Ange supporte mal la médiocrité des autres. Et plus encore, leur stagnation dans cet état.

Prendre conscience de son impuissance dans ce domaine est souvent une découverte douloureuse. Mais telles sont les énergies de la Vierge : apprendre à aimer les gens comme ils sont, sans chercher à les changer.

De plus, ses capacités d’analyse lui ouvrent si grands les yeux qu’il repère vite les défauts et a beaucoup de mal à s’en accommoder. Lui trouve si facilement des solutions à tous les problèmes ! Alors pourquoi pas les autres ?

Ce mystère le dépasse souvent. Lui, si vulnérable, souffre profondément de ce gâchis.

Ange voudrait tant que tout soit parfait ! Surtout après les efforts qu’il fait. Mais, dans le signe de la Vierge, il doit apprendre, souvent à ses dépens, que, justement, la perfection n’est pas de ce monde. Et qu’il faut faire quand même.

Alors, trop méticuleux, Ange peut devenir pointilleux, voire maniaque. Ou même orgueilleux et humiliant à vouloir toujours apporter son aide, surtout quand on ne la lui demande pas.

Mais d’ailleurs, les autres la méritent-ils ? Il finit par se poser la question.

Car telle est la limite de la Vierge : accepter l’idée que l’aide offerte ne soit pas forcément la bienvenue ! Ni la plus méritée. Une expérience toujours décevante et frustrante avant d’être intégrée. Car elle éveille les derniers sursauts égotiques du Lion.

Mais la notion d’aide doit être bien resituée par rapport à celle d’utilité.

C’est que, sous son apparence rigoureuse, Ange souhaite être, en secret, une abeille, ouvrière de l'ombre, mais soutien de la ruche qui s'écroulera sans elle. Car Ange imagine qu’il est l'équilibre sous toutes ses formes, l'affectivité maîtrisée, la conscience de l'avenir. Mine de rien, c’est lui qui possède tous les pouvoirs qu’il sait utiliser avec sagesse et toujours dans le but de servir. Car lui seul sait exactement ce qu’il faut faire.

Du moins, c’est ce qu’il croit !

Ange apprend ainsi à être réaliste, tolérant, surtout, détaché du matériel pour développer des valeurs plus mentales. Se contenter de l'essentiel car il pressent que, dans le signe suivant, il devra totalement renoncer à lui-même pour se tourner non plus vers l’autre mais vers « les autres ».

Le signe de la Vierge est le dernier signe personnel, la fin du premier cycle d'évolution. A ce stade, Ange a acquis toutes les valeurs d'existence individuelles. Le besoin de l'autre lui devient évident, dans le sens où l'autre est ressenti « partie intégrante de lui-même ».

Non plus sur un plan de satisfaction égotique où l’autre n’est que le reflet de lui-même, mais sur un plan universaliste d’interdépendance où chacun a la même valeur, la même utilité pour assurer la cohérence du Grand Tout.

Dans la Vierge, Ange apprend à « se quitter lui-même » avant de "devenir l'autre" puis « s’universaliser ». Et cette transition débutera dans la Balance, signe suivant, la bien nommée, premier signe social.

Car, si important soit-il pour la Vierge, le don doit devenir partage, échange.

Ange est-il prêt à passer le pas ?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir