peur

 

Se traiter de parano est devenu habituel. Et souvent, sans conséquence car ce n’est pas vraiment le cas.

Quoique…

Idiot, imbécile, psychorigide, p n… Bien des termes de ce genre sont entrés dans le langage courant. Mais, en réalité, qu’en est-il vraiment ?

Je vous propose un petit lexique, pour mieux vous y retrouver. Evidemment, il ne s’agit que de vocabulaire et pas de médecine.

 

Psychiatrie

Il ne faut pas confondre les névroses et les psychoses.

1 / Les névroses

C’est la neurologie, maladies du système nerveux, des nerfs (névrotiques). L’intelligence est normale. Il n’y a pas de délire ni de troubles du caractère. Les névrotiques ne sont pas « fous ».

L’exemple le plus classique est celui de la dépression nerveuse ou de la neurasthénie (neur asthénie : fatigue nerveuse).

 

2 / Les psychoses

Ce sont des troubles du caractère, souvent graves. On appelle ces malades, fous, caractériels, psychopathes, psychotiques ou sociopathes.

L’intelligence reste la même. Elle est souvent supérieure à la moyenne.

Ces malades sont toujours délirants et ont souvent des hallucinations visuelles ou auditives.

Les principales psychoses sont :

- La schizophrénie 

C’est de l’autisme avec hallucinations, angoisse, repli excessif sur soi-même, peur des autres et tendances auto destructives.

Le langage est décousu, plein de trous et souvent incohérent, essentiellement narcissique, avec des détails vagues ou incomplets. Le malade est souvent incapable de définir exactement ce qu’il dit.

Le schizophrène est surtout dangereux pour lui-même, surtout s’il s’isole trop. Victimisation, hypersensibilité, tendances suicidaires.

En principe, il fait confiance au médecin et accepte un traitement médical.

prisonnier de soi même

- La paranoïa

Fausseté de jugement, délire de persécution, inadaptation sociale et surestimation de soi, obstination mentale (psycho rigide).

Méfiance excessive : les autres sont considérés comme dangereux. Le paranoïaque ne fait confiance à personne, donc surtout pas aux médecins. Il refuse tout traitement médical et son état s’aggrave. Son délire s’intensifie avec le temps.

Il projette ses problèmes sur les autres. C’est toujours leur faute. Il a toujours raison et ne se remet jamais en question. Sa logique est totalement différente de la logique normale.

Inutile de discuter avec lui. La meilleure solution est d’éviter de le fréquenter.

Névroses et psychoses ne seraient ni contagieuses ni héréditaires.

 

3 / Les troubles de l’intelligence

Ils sont souvent génétiques (inscrits dans les gènes) et parfois héréditaires : arriération ou débilité mentale.

Ils n’empêchent pas la socialisation et n’engendrent pas forcément la violence.

 

4 / D’autres notions 

- Le mensonge : c’est une déformation consciente de la vérité, la plupart du temps, pour se protéger : l’enfant ment pour ne pas être puni. Il sait qu’il ment.

Nous mentons tous plus ou moins, mais raisonnablement.

- La mythomanie : vient de « mythe » qui signifie légende, affabulation.

Déformation excessive plus ou moins inconsciente de la vérité, pour se valoriser. Le mythomane finit par croire à ses mensonges car il perd toute notion de réalité. Il est parfois si convaincant qu’il peut devenir dangereux.

Les enfants sont mythomanes jusqu’à 7 ans, environ. C’est ce qu’on appelle la pensée magique. Ça passe avec l’âge.

Un mythomane célèbre (et fort sympathique !) : Jean-Paul Belmondo dans le film « l’incorrigible ».

- La mégalomanie : c’est se croire très supérieur aux autres et à ce qu’on est vraiment. C’est la vanité à son extrême avec perte de notion de la réalité.

Vouloir toujours plus, exagérément.

Le mégalo finit souvent par se prendre pour Dieu. Il a toujours des projets pharaoniques et irréalisables mais il y croit.

Les chefs de sectes sont souvent des mégalos.

à Tous ces cas ne sont pas forcément violents.

 

5 / Quelques notions de psychologie

- L’ego : c’est le sentiment d’existence et de ce qu’il faut faire pour préserver cette existence. Il est indispensable à la vie mais il faut l’équilibrer.

C’est lui qui nous pousse à vouloir posséder toujours plus.

L’ego est équilibré quand il ne ressent plus le besoin de posséder.

En astrologie, l’égo est Jupiter.

- Le tempérament : c’est la dominante de la personne, ce qu’elle est quand elle ne se contrôle pas.

Un tempérament nerveux paraîtra toujours agité. Un tempérament lymphatique paraîtra toujours lent et endormi.

En astrologie, le tempérament est le signe de naissance.

- La personnalité : c’est le masque, le rôle qu’on joue pour plaire aux autres pour gagner leur amour. Ça ne correspond pas à ce qu’on est vraiment.

En général, c’est ce que l’enfant s’efforce d’être pour plaire à ses parents. Ou la femme pour plaire à son mari.

En astrologie, la personnalité est l’Ascendant.

- L’individualité : c’est ce qu’on est vraiment et qu’on veut exprimer, même si ça ne plait pas aux autres. Beaucoup n’y arrivent pas, ce qui les rend malades.

Serge Gainsbourg marquait bien son individualité.

En astrologie, l’individualité est Uranus.

- Le caractère : c’est la façon habituelle d’agir et de ressentir. Par exemple, je suis patiente ou je suis impatiente.

Le caractère peut être contraire au tempérament.

En astrologie, les traits de caractère sont les planètes.

- Les émotions : L’émotion la plus connue est le coup de foudre. C’est ce qui monte en nous sans qu’on le veuille. Généralement, elle ne dure pas.

Je regarde un film triste, je pleure alors que je sais que rien n’est vrai.

En astrologie, les émotions sont la Lune.

- Le sentiment : c’est le fait de choisir ce qu’on va ressentir : l’amour ou la haine. Contrairement à l’émotion qui est instinctive, le sentiment est conscient et volontaire. Il dure.

En astrologie, le sentiment est Vénus.

 coeurs enfant

6 / Les fonctions de base

- L'action et le sentiment

Il existe 2 fonctions principales de base : l’action (yang) et le sentiment (yin). Elles doivent s’équilibrer et dans ce cas, on parle d’équilibre psychologique.

Une personne hyperactive ne fait que travailler sans penser à sa vie amoureuse. Il lui manque la fonction sentiment.

Une personne hyper sentimentale ne fait que ressentir sans penser à sa vie professionnelle. Il lui manque la fonction action.

L’équilibre est de penser autant à l’un qu’à l’autre.

En astrologie, l’action est Mars et le sentiment Vénus.

- La sexualité

C’est aussi une fonction de base : l’instinct de reproduction. Il est plus ou moins prononcé suivant la personne.

En astrologie, c’est Mars et la Lune Noire.

 

7 / La violence

C’est une fonction à part.

Elle est physique ou mentale.

Elle est liée à l’action et peut être nécessaire, entre autre, pour se défendre. Mais dans ces cas-là, elle est occasionnelle.

Quand elle devient constante, elle est toujours pathologique, même si elle est inconsciente.

En astrologie, la violence est Mars (les casseurs), Uranus, (les libérateurs) et Pluton (les régénérateurs).

 

Voilà ! Ainsi, nous pourrons mieux nous comprendre.

Commentaires   
#2 agnes andersen 05-12-2018 11:28
Merci beaucoup. C'est important de savoir de quoi on parle, surtout dans ce domaine !
Citer
#1 BORGO 05-12-2018 09:20
Un site merveilleux où j'apprends beaucoup de choses
Félicitations à vous !
des Bisous
Citer
Ajouter un Commentaire